L’outstaffing dans la ligne de mire des autorités russes

La Douma russe a voté en seconde lecture, le 26 avril dernier, un projet visant à apporter des modifications au Code du travail russe. Parmi ces changements, l'outstaffing (portage salarial) serait interdit en Russie. Pour comprendre cette initiative et l'aspect culturel du marché russe de l'emploi, Le Courrier de Russie a rencontré Richard Gaulier, directeur général d'Acteon, un des pionniers du recrutement et de l'outstaffing en Russie.Le Courrier de Russie : Qu'est-ce qui a poussé les députés à proposer une telle loi ?Richard Gaulier : L'outstaffing reste une pratique très jeune en Russie. Elle s'est développée dans les années 2000, principalement après la crise de 2008, car c'est une solution plus flexible pour les compagnies, notamment étrangères. On n’a cependant, depuis, que très peu légiféré dessus, ce qui a donné lieu à certains excès de la part de sociétés qui abusaient des contrats à durée déterminée à répétition. La crainte, aujourd'hui, c’est que la Douma ne mette dans le même panier les entreprises sérieuses et celles qui se comportent mal.LCDR : L'outstaffing est-il une pratique courante en Russie ?R.G.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Tatarstan : la langue tatare devient facultative

L'enseignement du tatar n'est plus obligatoire dans les écoles du Tatarstan. Ekaterina Khodjaeva revient sur un bras de fer linguistique.

 

30 novembre 2017

Sous pression, le boulanger homophobe Sterligov revend sa chaîne moscovite

L'entrepreneur super-orthodoxe et ouvertement homophobe German Sterligov a annoncé la revente de ses boulangeries Khleb i sol à Moscou.

 

8 novembre 2017

La bande son de la révolution russe

De la Marseillaise à Hatikvah, quelles étaient les chansons populaires parmi les révolutionnaires russes en 1917 ?

 

27 octobre 2017