S'abonner, c'est dessiner avec la Russie les horizons du Monde de demainDécouvrir nos offres

Gloria Jeans : Mouvement libre

Gloria Jeans : Mouvement libre

Le paquet d'actions majoritaire de la société Gloria Jeans vient d'être mis en vente. Pourquoi Vladimir Melnikov, fondateur du plus gros fabricant russe de vêtements, a-t-il besoin d'un investisseur étranger ?« Mon rêve ? Vous n'allez pas le croire – devenir pauvre », annonce le propriétaire d'une société qui affiche, pour 2013, un chiffre d'affaires d'un milliard de dollars. Nous rencontrons Vladimir Melnikov, directeur général de Gloria Jeans, dans sa maison de la campagne de Kalouga, près du monastère de l'Ermitage d'Optina. Melnikov est un homme croyant, mais il ne mélange pas la foi et le business, même s'il conduit ses affaires en cohérence avec les canons du christianisme. En parlant de pauvreté, par exemple, il est certain qu'on peut être heureux même sans rien posséder : quand rien ne te surcharge – tu es libre. Melnikov a construit un gros business pour se sentir libre et faire ce qu'il juge nécessaire. Aujourd'hui, il recherche pour Gloria Jeans un partenaire stratégique, afin d’élever la gestion de la compagnie à un niveau tel qu'elle puisse fonctionner sans son fondateur. « Si je vends, ce n'est pas seulement pour l'argent, argue le businessman. Je veux voir arriver un partenaire fort. »

Une crise pour un bien

Au cours des quatre dernières années, le chiffre d'affaires de Gloria Jeans a grimpé de 55 % par an en moyenne. Au bilan de 2012 : 23,3 milliards de roubles de recettes et 2,7 milliards de roubles de bénéfice net. L'entreprise est à la tête de 48 usines en Russie et en Ukraine, et de 550 magasins dans toute la Fédération de Russie. Il y a encore cinq ans, Gloria Jeans avait deux fois moins de magasins propres,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Julia Breen