De Saint-Pétersbourg à Vladivostok : le parcours d'un jeune entrepreneur britannique

De Saint-Pétersbourg à Vladivostok : le parcours d’un jeune entrepreneur britannique

William Hackett-Jones est un jeune Britannique de 32 ans. Il en avait 14 quand il est venu pour la première fois à Saint-Pétersbourg, dans le cadre d'un programme d'échange avec une école russe. « Je n'avais jamais vécu dans un appartement auparavant », se souvient William, qui a grandi dans une ferme cossue dont l’histoire remonte à plusieurs siècles.Après ses études secondaires, il entre à l'université de Glasgow, où il continue d’étudier la langue de Pouchkine. Trois ans plus tard, il retourne à Saint-Pétersbourg et commence à donner des cours d'anglais.Un jour, en préparant un cours, William tombe sur Hot English, un magazine en anglais édité par des Espagnols. Il s'agit d'un manuel en couleurs, présentant dans un format amusant des règles grammaticales et des expressions idiomatiques, destiné à ceux qui apprennent l’anglais. Conquis par l’idée, William souhaite racheter la franchise de Hot English pour le publier en Russie. S'en suivent prise de contacts et voyage en Espagne. « Au départ, les représentants du magazine demandaient 10 000 euros pour la franchise, plus des intérêts mensuels. Après négociations, je l'ai obtenue pour 3 000 euros plus les intérêts », explique William.Le jeune homme repart alors en Grande-Bretagne terminer ses études, et en profite pour élaborer son business plan. Selon ses calculs prévisionnels, il lui faut un capital de départ de 70 000 euros. « Ma mère m'a donné 35 000 livres (45 000 euros). C’était loin de la somme escomptée,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Tatarstan : la langue tatare devient facultative

L'enseignement du tatar n'est plus obligatoire dans les écoles du Tatarstan. Ekaterina Khodjaeva revient sur un bras de fer linguistique.

 

30 novembre 2017

Sous pression, le boulanger homophobe Sterligov revend sa chaîne moscovite

L'entrepreneur super-orthodoxe et ouvertement homophobe German Sterligov a annoncé la revente de ses boulangeries Khleb i sol à Moscou.

 

8 novembre 2017

La bande son de la révolution russe

De la Marseillaise à Hatikvah, quelles étaient les chansons populaires parmi les révolutionnaires russes en 1917 ?

 

27 octobre 2017