La fondatrice et directrice de l'établissement, Tina Trussova

De personne tu ne te nourriras

« Petit déjeuner : sarrasin vert dans l’eau bouillante. Déjeuner : soupe de chou-fleur, riz complet. Goûter : fruits secs ». C’est à peu de choses près ce menu qui est affiché chaque jour sur le tableau de la crèche végétarienne « Tina-sad ».La fondatrice et directrice de cet établissement, Tina Trussova, travaillait il y a encore quelques années dans une maison d’édition de la capitale, élevait trois enfants et préparait des borchtchs à sa famille. Aujourd’hui, Tina est végétarienne stricte. « Ça fait six ans que je ne consomme ni viande ni poisson. Et depuis cet été, je tends de plus en plus vers le crudisme, une alimentation que l’on n’a pas besoin d’exposer à un traitement thermique. Mon mari et mes enfants cuisinent pour eux séparément, ils ne partagent pas mes vues concernant la nourriture ». Les élèves de Tina, en revanche, des petits de deux à quatre ans, sont eux aussi, de fait, passés au crudisme.Les jardins d'enfants privés sont chose ordinaire pour la Russie contemporaine. Le plus souvent la femme, dans un trois pièces de location, rassemble un groupe de 5 à 10 enfants. Les parents y amènent leurs petits soit parce qu’ils vivent à proximité et qu’il n’y a pas de place dans les établissements préscolaires publics,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Souvenirs rock
du « pays des merveilles »

La chanteuse et productrice américaine Joanna Stingray, figure clef de la scène rock soviétique underground de la fin des années 1980, a fréquenté les artistes les plus emblématiques de la période, de Viktor Tsoï (chanteur du groupe Kino) à Boris Grebenchtchikov (musicien et compositeur de Kino, Aquarium).

 

17 mai 2019

Postface au 70e anniversaire de l’OTAN

Pour Sergueï Karaganov, président honoraire du Conseil de politique extérieure et de défense, influent think-tank russe de relations internationales, il est temps que l'OTAN trouve une raison d'exister autre que la menace, selon lui fabriquée, que ferait peser la Russie sur la sécurité du continent européen.

 

14 mai 2019

Mezen : un village
au chevet de son hôpital

À Mezen, petite ville du Grand Nord russe, les retraités se sont organisés pour financer la rénovation de l’hôpital municipal. Un reportage du magazine Ogoniok.

 

12 avril 2019