Jacques von Polier : « Si vous cherchez un truc vraiment russe, vous achetez quoi ? Une chapka, une matriochka ou une Raketa »

Jacques von Polier : « Si vous cherchez un truc vraiment russe, vous achetez quoi ? Une chapka, une matriochka ou une Raketa »

L’usine Raketa est un fabricant de montres issu d’une société de tailleurs de pierres fondée par Pierre le Grand il y a presque 300 ans. Son ancrage dans le paysage culturel est visible dans des grands symboles de la Russie : le bâtiment du mausolée de Lénine, c'est eux. Les étoiles en saphir au-dessus du Kremlin ou les colonnades de Saint-Isaac à Saint-Pétersbourg, c'est encore eux. En 2009, le Français Jacques von Polier s'immisçait dans l'histoire de Raketa pour faire renaître une marque tombée en désuétude. Le Courrier de Russie a rencontré ce nouveau directeur.

« Les jours sont peut-être égaux pour une horloge, mais pas pour un homme » Marcel Proust

LCDR : Raketa a changé plusieurs fois de nom, elle a développé ses domaines de production de la taille de pierre à l’horlogerie en passant par la bijouterie. La structure juridique a certainement dû évoluer… De quand date la privatisation ?

JvP : À l'origine, Raketa était une manufacture d'État. Juste après la fondation, une famille très connue a dirigé l’usine pendant presque 200 ans : la famille Morin. Avec la Révolution, l’usine a été nationalisée comme tout ce qui existait en Russie. À partir de la Perestroïka, il y a eu des débuts de privatisation et on a commencé de donner des actions aux employés. On entre alors dans la grande histoire de la privatisation russe. Des grand-mères qui ne comprennent pas trop ce qu’on leur a remis et des gens en face, un peu plus intelligents, qui rachètent petit à petit les actions des employés pour arriver à cette jungle de la privatisation du début des années 90. Cette situation a été très néfaste pour Raketa. Ceux qui ont racheté des paquets d’actions n’avaient pas pour objectif de fabriquer des montres : ils voulaient amasser rapidement des centaines de millions de dollars grâce au capital immobilier. Raketa possédait alors énormément de biens immobiliers à Peterhof. Après cette première mise en pièces, l’usine a été revendue à quelqu’un d’autre, qui s’est empressé de vendre ce qui pouvait encore l’être, comme de l’équipement ou des stocks d’acier. L’usine a changé quatre ou cinq fois de mains depuis l’effondrement de l’Union. Ce qui fait qu’aujourd’hui, nous ne sommes plus propriétaires des murs : l’usine loue ses locaux.

LCDR : Qui sont les actionnaires de Raketa à l’heure actuelle ?

JvP : Aujourd’hui,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

Quand la traduction précède l’édition originale

Il est de coutume, pour les traducteurs, de découvrir un texte en langue étrangère, de s’en enthousiasmer et de le traduire. C’est le circuit normal. Mais il arrive – rarement – que le cours des choses s’inverse. C’est le cas de Nastia, d’Andreï Alexandrov.

 

15 mars 2019

Deux sommes sur Dostoïevski

Deux sommes sur Dostoïevski Les éditions des Syrtes publient Dostoïevski, un écrivain dans son temps1 de l’Américain Joseph Frank, spécialiste mondialement reconnu de l’auteur de Crime et Châtiment. Paru en anglais en cinq tomes, dans les années 1970, cet ouvrage exceptionnel a été condensé en un volume par l’auteur en 2010, avec une préface inédite. […]

 

15 mars 2019

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique.

 

26 novembre 2018