S'abonner, c'est découvrir la Russie sans préjugés ni concessionsDécouvrir nos offres

Le boum des auto-entrepreneurs

Le boum des auto-entrepreneurs

Pexels

Les Russes sont de plus en plus nombreux à adopter le statut de « travailleurs indépendants », équivalant à celui d’auto-entrepreneur en France, qui leur permet de bénéficier de nombreux avantages fiscaux et de démarches administratives simplifiées.

L’expérimentation de ce nouveau régime fiscal dure depuis 18 mois. Les habitants de quatre régions (Moscou et sa région, Koursk et le Tatarstan) ont pu en bénéficier à partir du 1er janvier 2019 ; un an plus tard, le système a été étendu à 19 régions, avant qu’il ne soit généralisé à l’ensemble du pays, le 1er juillet dernier. À la mi-juillet, plus de 850 000 personnes s’étaient déclarées sous ce régime, pour un revenu total de plus de 110 milliards de roubles (1,2 milliard d’euros), selon le ministère de l’Économie.

Lutter contre le travail au noir 

Depuis plusieurs années, les autorités mènent une campagne contre l’économie souterraine, accusée de priver l’État d’importantes recettes fiscales. Près du tiers de la population active, soit environ 25 millions de personnes, serait ainsi employé au noir, d’après un sondage réalisé par l’Académie nationale du service public. Le phénomène concerne essentiellement des emplois de complément, exercés pour arrondir les fins de mois : la part des personnes employées au noir dans le cadre de leur activité principale serait d’environ 13 % de la population active. Au total, le gouvernement considère que 20 % des cotisations sociales lui échappent ainsi. 

L’explication du phénomène réside dans le laxisme des autorités fiscales, qui disposent d’un arsenal important de sanctions en cas de fraude, mais engagent très rarement des poursuites.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Elena Malycheva