S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Nouvel accord fiscal entre la Russie et Chypre

Nouvel accord fiscal entre la Russie et Chypre

Crédit photo : dronepicr/flickr

La Russie et Chypre se sont entendues, ce lundi 10 août, sur une nouvelle convention fiscale contre les doubles impositions, amendant celle conclue il y a plus de vingt ans.

Entrée en vigueur en 1998, la convention fiscale russo-chypriote permet notamment aux ressortissants russes fortunés installés sur l’île méditerranéenne de payer l’impôt sur les dividendes au taux pratiqué dans leur pays d’adoption (5 %), plus avantageux qu’en Russie (15 %). En cas de ratification du nouvel accord (avant la fin de 2020), le taux d'imposition sera revu à la hausse.

En effet, confrontée à une crise économique mêlant ralentissement de l’activité dû au coronavirus et effondrement des cours pétroliers, Moscou est en quête de nouvelles sources de revenus. "Le versement de bénéfices sur des comptes offshore est extrêmement répandu et représente un important manque à gagner pour l’État russe », souligne Mikhaïl Begounov, gérant associé du cabinet d’avocats Tax Compliance.

Posséder une entreprise à Chypre n’a rien de particulièrement économique.

Dès la fin de mars, Vladimir Poutine annonce ainsi envisager la fin de ces régimes spéciaux favorisant l’exil fiscal. Le 25 juin, Moscou et Nicosie entament des négociations afin de trouver un compromis. D'après les rares informations ayant filtré, les pourparlers se révèlent vite laborieux, et la rupture semble rapidement la seule issue. La fin de l'accord est même annoncée dans les premiers jours d'août...

Il faut dire que, depuis plusieurs années, la Russie cherche à remettre la main sur la manne financière qui lui échappe.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Elena Malycheva

Le boum des auto-entrepreneurs

Les Russes sont de plus en plus nombreux à adopter le statut de «travailleurs indépendants», équivalant à celui d’auto-entrepreneur en France, qui leur permet de bénéficier de nombreux avantages fiscaux et de démarches administratives simplifiées.

 

8 septembre 2020