Souscrivez à l'Offre Découverte : 2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de RussieJe souscris à l'Offre Découverte

Gazprom : un géant aux semelles de plomb

Gazprom
Un géant aux semelles de plomb

Photo : Gazprom.ru

Vladislav Inozemtsev est le directeur du Centre de recherches sur les sociétés post-industrielles.


Au deuxième trimestre 2020, la Russie a exporté – en valeur – plus d’or que de gaz. Une première historique, directement liée à la crise du coronavirus mais qui, pour l’économiste Vladislav Inozemtsev, révèle les lacunes structurelles de Gazprom.

Selon les Douanes russes, la Russie a exporté 65,4 tonnes de métal jaune pour une valeur de 3,55 milliards de dollars en avril-mai de cette année. Un chiffre d’affaires légèrement supérieur à celui enregistré par Gazprom (l’entreprise est la seule autorisée à vendre du gaz à l’étranger) au deuxième trimestre (3,5 milliards de dollars, deux fois moins que l’année précédente). Précision importante : il s’agit, pour le géant gazier, du plus faible résultat depuis 2002.

Certes, cette baisse a indéniablement des raisons conjoncturelles : entre janvier et mai, le secteur pétrolier russe a enregistré, lui aussi, une diminution de 31 % de ses ventes en glissement annuel, dans un contexte d’effondrement de la demande mondiale et de guerre des prix avec l’Arabie saoudite.

Cependant, Gazprom est considérée comme le fleuron de l’industrie russe de ces vingt dernières années. La société est la première à être entièrement passée sous le contrôle de l’État, en 2005, et est longtemps demeurée le premier contributeur au budget fédéral. Aujourd’hui encore, elle bénéficie d’investissements massifs à la hauteur de son rôle géopolitique et des espoirs placés en elle il y a dix ans, à une époque où les cours des hydrocarbures s’envolaient. « D’ici à sept ou huit ans, la capitalisation boursière de Gazprom atteindra 1 000 milliards de dollars »,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Souscrivez à l'Offre Découverte :
2 semaines d'accès illimité et gratuit au Courrier de Russie

Je souscris sans CB

Déjà abonné ?

Se connecter