S'abonner, c'est rejoindre une communauté d'experts et de passionnésDécouvrir nos offres

E-commerce : Ozon se rêve en Amazon

E-commerce
Ozon se rêve en Amazon

La plateforme russe d’e-commerce Ozon a profité de la pandémie pour se placer dans le trio de tête des entreprises russes du secteur. Dans la lutte sans merci qui s’annonce, l’« Amazon russe » pourrait bientôt recevoir le soutien financier de Sberbank, qui souhaiterait en acquérir 30 % des parts…

Selon les analystes du géant du numérique Yandex, le marché russe de la grande distribution en ligne aurait progressé de 40 % depuis le début de l’année 2020. Il va sans dire que l’épidémie de coronavirus n’est pas étrangère au phénomène : la fréquentation des plateformes a bondi dès le début du confinement, en mars. Et si Alibaba (Chine) et Amazon (États-Unis) conservent les faveurs des Russes pour l’électronique et les vêtements bon marché, les sites nationaux l’emportent pour presque tous les autres segments. Au premier trimestre 2020, selon les douanes russes, les achats en ligne sur des sites étrangers avaient baissé de 22 % en glissement annuel.

En Russie, le leader du secteur demeure le généraliste Wildberries (2,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019), fondé en 2004 par Tatiana Bakaltchouk, la femme la plus riche de Russie. Il est suivi de CityLink (1,3 milliard d’euros), spécialisé dans l’électroménager. Ozon est désormais troisième (1,01 milliard de roubles).

L’Amazon russe

Ozon est un des pionniers de l’e-commerce dans le pays. Fondée en 1998 à Saint-Pétersbourg, par deux ingénieurs, Dmitri Roudakov et Alexandre Egorov, l’entreprise commence par vendre des livres et des cassettes vidéo (puis des DVD) sur internet. Son nom est choisi en référence directe à Amazon, alors en pleine expansion.

Le site est rapidement connu, mais le succès commercial est long à s’affirmer.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Elena Poletaïeva

Le boum des « nouveaux fermiers »

L’embargo alimentaire instauré en 2014 sur une série de produits occidentaux a stimulé le secteur agricole russe, dynamisé par le développement des petites exploitations privées.

 

5 mars 2020

L’e-commerce à la conquête de la Russie

Malgré une croissance économique au ralenti et bien que la Russie ait pris le train de l’e-commerce en marche, cette dernière est entrée dans le classement des dix plus gros marchés de la vente en ligne. Aujourd'hui, beaucoup de Russes ne veulent plus s’épuiser à faire le tour des magasins, les bras chargés de sacs et achètent de plus en plus sur internet.

 

23 décembre 2019