S'abonner, c'est découvrir la Russie sans préjugés ni concessionsDécouvrir nos offres

Cinéma en ligne : l’angoisse du déconfinement

Cinéma en ligne
L’angoisse du déconfinement

Le confinement a suscité un afflux inédit de spectateurs sur les plateformes russes de vidéo à la demande. Si la réouverture des salles obscures n’est pas à l’ordre du jour, leurs équivalents virtuels réfléchissent déjà aux moyens d'entretenir l’intérêt de leurs nouveaux abonnés dans le « monde d’après ». Le magazine Expert fait le point.

Le marché russe de la vidéo à la demande (VOD) n’a pas attendu l’épidémie de Covid-19 pour se développer en Russie. L’an dernier, il a représenté 27 milliards de roubles (350 millions d’euros, + 40 % en un an) et, entre 2016 et 2019, son chiffre d’affaires a plus que triplé, d’après le cabinet d’analyse Telecom Daily. Si, avant l’apparition du virus, les spécialistes tablaient sur une nouvelle progression de 35-40 % en 2020, la pandémie pourrait lui donner un coup d’accélérateur.

Dès la première semaine du confinement (entre le 30 mars et le 5 avril), le nombre de téléspectateurs quotidiens a augmenté de 30 % sur la plateforme Okko et de 50 % sur Kinopoïsk,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Traduit par Maïlis Destrée

Voximplant : le Skype russe s’exporte

Avec l’épidémie de Covid-19, la plateforme de communication virtuelle Voximplant a renouvelé son offre de services pour ses vingt mille entreprises clientes, et s’apprête à conquérir l’Amérique.

 

22 juin 2020