S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

L’or russe prisonnier du Covid-19

L’or russe prisonnier du Covid - 19

En dépit de réserves d’or importantes (2 270 tonnes pour une valeur de plus de 120 milliards de dollars au 1er mars), la Russie ne se hâte pas de vendre son précieux métal pour soutenir son économie. Les problèmes logistiques liés au coronavirus (fermeture des frontières) n’y sont pas étrangers. 

Au début du printemps, la presse russe se faisait l’écho de la vente massive d’or par les banques publiques du pays. Les statistiques des douanes constataient effectivement la hausse soudaine des exportations du métal précieux (17 tonnes, soit six fois plus qu’à la même période de l’année dernière, pour un prix sept fois supérieur) en janvier et février 2020. Le principal vendeur était la banque VTB (9 tonnes), qui possède également les plus grandes réserves commerciales (45 tonnes), et la première destination était le Royaume-Uni (15,4 tonnes achetées). 

En réalité, ces chiffres demeurent somme toute modestes en comparaison des stocks de la Banque centrale (2 270 tonnes au 1er mars). D’une valeur supérieure à 120 milliards de dollars, ils représentent 21 % des réserves de change de l’autorité financière, qui a cessé ses achats de métal jaune sur le marché intérieur au 1er avril, afin de ne pas s’éloigner du seuil qu’elle s’est fixé (20 %).

Estampage de lingots d'or à l'usine Prioksky de Kassimov,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Maxime Blant

Pétrole, Coronavirus : le rouble rechute

Après une année 2019 très encourageante (+ 12,6 % par rapport au dollar), le rouble n’en finit plus de plonger depuis la fin de février, sur fond de crise du coronavirus et d’effondrement des cours pétroliers.

 

19 mars 2020

Tous unis derrière le rouble

Financièrement, la Russie se porte bien. Malgré une croissance atone (+ 1,3 % selon l’agence nationale de la statistique, Rosstat, soit le pire résultat depuis trois ans), les obligations d’État séduisent les marchés, et la bourse de Moscou est en hausse. Mais c’est surtout la bonne santé du rouble qui attire l’attention.

 

20 février 2020