S'abonner, c'est découvrir la Russie sans préjugés ni concessionsDécouvrir nos offres

Le Kremlin face à la récession : la tentation de la dépense

Le Kremlin face à la récession
La tentation de la dépense

En ces temps de crise mondiale, la Russie dispose d’un avantage appréciable : les 120 milliards de dollars de son Fonds national de prospérité. Les autorités ne semblent pourtant pas pressées de les dépenser malgré un début de récession...

Au dire du ministre de l’Économie, Maxime Rechetnikov, le PIB de la Russie recule de 100 milliards de roubles (1,2 milliard d’euros) par jour, et le déficit budgétaire pourrait atteindre 4,5-5 % de la production nationale à la fin de l’année. La présidente de la Banque centrale, Elvira Nabioullina, parle, quant à elle, de 6 %.

Ce déficit est lié, d’une part, au fort ralentissement de l’activité consécutif au confinement décrété pour endiguer la pandémie de Covid-19, et, d’autre part, à l’effondrement des cours du pétrole et du produit de son exportation, qui représente bon an mal an autour de 40-45 % des recettes budgétaires. Le budget 2020 avait été calculé pour un baril à 42,5 dollars (les surplus étant automatiquement reversés au Fonds national de prospérité) ; depuis le début de mars, les cours dépassent difficilement les 20 dollars...

Les personnes travaillant dans les services et la culture, ainsi que dans le marketing, subiront la crise de plein fouet.

L’accord OPEP+ de réduction de la production de 20 % n’est pas parvenu, pour l’instant, à stabiliser les prix, qui pâtissent de l’effondrement de la demande mondiale et de la saturation du marché. Les analystes tablent sur un début de rétablissement au second semestre de 2020, une fois que le déconfinement sera effectif dans les principaux pays industrialisés. « Dans le meilleur des cas, on peut imaginer un baril à plus de 55 dollars à la fin de l’année », prévoit Alexandre Ossine, du fonds d’investissement Freedom Finance.

La Banque centrale de Russie est plus modérée dans ses prévisions. Son scénario de base table sur un baril à 27 dollars en moyenne en 2020, à 35 dollars en 2021 et à 45 dollars en 2022.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Piotr Orekhine

Crimée, Sakhaline, Léna… Les ponts de Vladimir Poutine

L’emblématique pont de Crimée, qui relie à la Russie continentale la presqu’île annexée en 2014, est désormais ouvert à la circulation ferroviaire. L’État se tourne à présent vers d’autres projets, tous plus gigantesques les uns que les autres.

 

14 janvier 2020

Le blues des entrepreneurs

Selon le ministère de l’Économie, près de 700 000 petites et moyennes entreprises russes ont cessé leur activité entre août 2018 et août 2019. Ce nombre record de fermetures est essentiellement dû à la hausse de la TVA, passée de 18 % à 20 % au début de 2019, à la suppression des tarifs d’assurance préférentiels, ainsi qu’à la modernisation obligatoire des systèmes de paiement.

 

26 novembre 2019

Une économie entrée en résistance

En 2018, l’économie russe s’est maintenue à ses niveaux précédents, et les cours élevés du pétrole ont permis à Moscou de consolider ses réserves monétaires. Mais 2019 pourrait être d’une toute autre facture.

 

3 janvier 2019