S'abonner, c'est soutenir une rédaction indépendante basée à MoscouDécouvrir nos offres

Force de la Sibérie 2 : Moscou accentue son tournant vers l’Asie

Force de la Sibérie 2
Moscou accentue son tournant vers l'Asie

Après l’inauguration en grande pompe, le 2 décembre dernier, du gazoduc Force de la Sibérie entre la Russie et la Chine, voici qu’une seconde liaison, plus ambitieuse encore, est à l’étude. Au cours d’une réunion, le 27 mars, entre le patron de Gazprom Alexeï Miller et Vladimir Poutine, ce dernier a donné instruction de procéder à la phase dite de pré-investissement du projet de gazoduc Force de la Sibérie 2.

Conforté par la crise ukrainienne de 2014 et les sanctions occidentales prises à cette occasion, le pivot énergétique russe vers l'est (plus spécifiquement vers la Chine) tient surtout d’une lente évolution de la politique étrangère de Moscou. En 2012, dans sa traditionnelle adresse aux parlementaires de la Douma, le président de la Fédération de Russie déclarait déjà que « le principal vecteur de la croissance de la Russie au XXIe siècle sera son développement vers l’Asie ». Deux ans plus tard, alors que les perspectives politiques et économiques en Europe semblaient bouchées en raison des sanctions occidentales, la Russie signait avec la Chine un contrat estimé à 400 milliards de dollars sur trois décennies pour la construction et l’exploitation du gazoduc Force de la Sibérie reliant la République de Sakha à la Chine orientale.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Noé Morin, Bruxelles

Transition énergétique : la Russie pense à l’hydrogène

Vanté depuis plusieurs dizaines d’années pour ses nombreuses applications industrielles, l’hydrogène occupe une place encore relativement modeste dans le bouquet énergétique européen. La « stratégie hydrogène 2030 » dévoilée par l’Allemagne devrait ouvrir des opportunités à plusieurs groupes russes.

 

2 juillet 2020

Rosneft fait peau neuve

Le groupe pétrolier russe Rosneft a annoncé la cessation de toutes ses activités au Venezuela. Cette décision doit permettre au géant pétrolier de se soustraire aux sanctions américaines et de redéployer ses activités vers l’Asie à une période charnière où la guerre des prix du pétrole pousse à la conquête de nouveaux marchés.

 

28 avril 2020