S'abonner, c'est découvrir la Russie sans préjugés ni concessionsDécouvrir nos offres

Crise économique : le clan des patriotes prié de se taire

Crise économique
Le clan des patriotes prié de se taire

Crédits Image : "La destruction de l'église lors de la nuit de Pâques", Ilya Glazunov, 1999.

Il y a quelques semaines, un dirigeant de l’Union économique eurasiatique et ancien conseiller de Vladimir Poutine, Sergueï Glaziev, a été vivement recadré par la présidente de la Banque centrale, Elvira Nabioullina, sans que le Kremlin réagisse. Un signe manifeste de l'ancrage libéral de la Russie sur le plan économique.

En mars dernier, l’effondrement des cours du pétrole provoque celui du rouble. Un mois plus tard, Sergueï Glaziev, ministre de l’Intégration et de la Macroéconomie de la Commission économique eurasiatique (l’organe exécutif de l’Union économique eurasiatique, UEE, qui rassemble l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et la Russie), transmet à Moscou un rapport appelant à « prendre des mesures contre les spéculateurs, qui profitent de la volatilité des cours pétroliers pour manipuler celui du rouble ». Concrètement, il propose l’adoption d’une taxe sur les opérations de change afin de limiter la fuite des capitaux à l’étranger. 

La présidente de la Banque centrale de Russie, Elvira Nabioullina, dénonce aussitôt « l’inexactitude des informations contenues dans le rapport, inacceptable dans un contexte de volatilité extrême des marchés et susceptible de jeter le discrédit sur les mesures prises conjointement par les autorités [politiques russes] et par le régulateur ». 

La carrière de Sergueï Glaziev permet de mesurer l’évolution et l’influence réelle des courants les plus dirigistes au Kremlin. .

La Banque centrale adresse ensuite à la Commission économique eurasiatique une requête officielle la priant d’« examiner la question d’une optimisation de la communication » du ministre. En termes moins diplomatiques, Mme Nabioullina a demandé à M. Glaziev de s’occuper de ce qui le regardait… 

Cette passe d’armes entre deux hauts fonctionnaires de camps opposés – plutôt libéral côté Nabioullina, résolument conservateur pour Glaziev – et le camouflet public reçu par un ministre de l’UEE (une alliance portée sur les fonts baptismaux par Vladimir Poutine) en disent long sur les rapports de force actuels au sein du pouvoir et la nature du système politique russe.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Ivan Davydov

Staline : un retour très conjoncturel

La personnalité de Joseph Staline connaît un impressionnant regain de popularité en Russie, qui se manifeste autant dans les sondages que… sur les étals des magasins.

 

23 janvier 2020