S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Crise du Covid-19 : les échanges russo-chinois résistent

Crise du Covid-19 : les échanges russo-chinois résistent

Tandis que la Russie se confine, l’activité reprend peu à peu en Chine. Dans un entretien accordé au journal Novaïa Gazeta, Maxime Kouznetsov, vice-président de l’Union russo-chinoise des industriels et entrepreneurs, revient sur les effets de l’épidémie sur le commerce entre les deux pays.

La fermeture de la frontière sino-russe a-t-elle impacté les échanges commerciaux bilatéraux ?

Maxime Kouznetsov : La frontière n’est pas vraiment fermée. Seuls les flux humains ont été interrompus. Les marchandises continuent de passer. Cela a conduit à une situation qui n’a pas d’équivalent ailleurs depuis le début de la crise : le volume des échanges entre la Russie et la Chine a augmenté de 5,6 %, atteignant 17,6 milliards de dollars sur les deux premiers mois de l’année 2020. Ce phénomène est dû à la croissance des exportations russes (+21,7 %), qui a compensé la chute des importations venues de Chine. Les données évoquant une baisse du trafic qu’on peut trouver sur la Toile sont liées à une erreur des douanes chinoises. En effet, sur la version anglaise de leur site, les chiffres de la Russie ont été intervertis avec ceux de l’Australie : il faut donc se référer à la page en mandarin. Du reste, le ministère chinois du Commerce confirme la hausse.

À l’échelle mondiale, les échanges avec l’Empire du Milieu ont chuté de 11 %. Pour la première fois depuis longtemps, Pékin affiche une balance commerciale déficitaire (-7,09 milliards de dollars). C’est à notre avantage. Le volume des marchandises transportées en train entre nos deux pays ne cesse d’augmenter, en particulier des produits agricoles et chimiques. Cette nouvelle réalité se reflétera bientôt dans les chiffres.

Pourquoi la Chine s’est-elle tournée vers la Russie ?

M. K. : Il y a plusieurs raisons.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Traduit par Guilhem Pousson

La cryptomonnaie de Telegram chassée des États-Unis

Pavel Dourov, le fondateur de la messagerie cryptée Telegram, a officiellement fermé le réseau TON (Telegram Open Network), qui aurait dû permettre aux quelque 400 millions d’utilisateurs de l’application d’échanger biens et services au moyen d’une cryptomonnaie, le Gram.

 

26 mai 2020