S'abonner, c'est découvrir la Russie sans préjugés ni concessionsDécouvrir nos offres

Pétrole, Coronavirus : le rouble rechute

Pétrole, Coronavirus
Le rouble rechute

Après une année 2019 très encourageante (+ 12,6 % par rapport au dollar), le rouble n’en finit plus de plonger depuis la fin de février, sur fond de crise du coronavirus et d’effondrement des cours pétroliers. 

Pour les marchés financiers, les derniers jours de février avaient des airs d’octobre 2008. Les bourses mondiales ont subi un des cinq pires dévissages des cent dernières années, derrière ceux enregistrés au moment de la Grande Dépression (1929), de l’invasion de la France par l’Allemagne nazie, du « lundi noir » de 1987 et, donc, de la crise de 2008. Pour la première fois, la crise financière est provoquée par un virus inconnu et par la panique mondiale qu’a provoquée sa pandémie. Un virus dont le premier foyer de propagation était la deuxième économie mondiale...

Dès le 3 mars, les ministres des Finances et les directeurs des banques centrales des membres du G7 se sont entendus, au cours d’une conférence téléphonique, pour coordonner leur action afin de contrer les conséquences économiques de l’épidémie. La Réserve fédérale américaine (FED) a, par exemple, aussitôt baissé son taux directeur de 0,5 point. Une première depuis 2008. 

Aussi « stable » que soit la Russie aujourd’hui, elle ne saurait empêcher la fuite des capitaux et la décote des actifs libellés en roubles.

La Russie, quant à elle, a décidé de montrer qu’elle n’avait peur de rien – et surtout pas d’une crise économique et financière, malgré un dévissage de l’indice RTS de 15 % à la fin de février – en rompant les négociations sur un nouvel accord OPEP+ de réduction de la production pétrolière. En réaction, l’Arabie saoudite a annoncé qu’elle ouvrait grand les vannes à prix cassés, et le baril de Brent a perdu près d’un tiers de sa valeur.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Maxime Blant

Tous unis derrière le rouble

Financièrement, la Russie se porte bien. Malgré une croissance atone (+ 1,3 % selon l’agence nationale de la statistique, Rosstat, soit le pire résultat depuis trois ans), les obligations d’État séduisent les marchés, et la bourse de Moscou est en hausse. Mais c’est surtout la bonne santé du rouble qui attire l’attention.

 

20 février 2020