S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Tous unis derrière le rouble

Tous unis derrière le rouble

Financièrement, la Russie se porte bien. Malgré une croissance atone (+ 1,3 % selon l’agence nationale de la statistique, Rosstat, soit le pire résultat depuis trois ans), les obligations d’État séduisent les marchés, et la bourse de Moscou est en hausse. Mais c’est surtout la bonne santé du rouble qui attire l’attention : en un an, la devise russe s’est renforcée de 12,6 % par rapport au dollar (seule la hrvynia ukrainienne a fait mieux sur la période).

Preuve de ce sursaut de la monnaie russe après des années de crise, les investisseurs étrangers ont acheté pour 22,2 milliards de dollars de dette publique russe en 2019 – un record historique ! Fait notable, les deux tiers (plus de 15 milliards de dollars) étaient destinés aux obligations libellées en roubles.

Un consensus rare

Il est de coutume de présenter la monnaie russe comme faisant l’objet d’une lutte permanente entre le gouvernement – qui aurait prétendument intérêt à ce qu’elle demeure faible – et la Banque centrale – qui occuperait la position opposée. Aussi simpliste que soit ce schéma, il n’est pas entièrement infondé et découle de la répartition des compétences entre les institutions, ces dernières ayant un spectre restreint de responsabilités et des priorités très précises ; de ce fait, les intérêts stratégiques transversaux et la coordination des objectifs passent parfois au second plan.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Maxime Blant

Pétrole, Coronavirus : le rouble rechute

Après une année 2019 très encourageante (+ 12,6 % par rapport au dollar), le rouble n’en finit plus de plonger depuis la fin de février, sur fond de crise du coronavirus et d’effondrement des cours pétroliers.

 

19 mars 2020