Alexeï Koudrine : « L’État doit se retirer des secteurs économiques concurrentiels »

Alexeï Koudrine : « L’État doit se retirer des secteurs économiques concurrentiels »

Si les annonces à caractère politique faites par Vladimir Poutine le 15 janvier ont provoqué de nombreuses réactions (et en premier lieu la démission du gouvernement), une large partie de son adresse annuelle était consacrée aux questions économiques. L’ex-ministre des Finances et actuel président de la Cour des comptes, Alexeï Koudrine, évoque, dans un long entretien accordé à l’agence RIA Novosti, les obstacles entravant le développement économique du pays. Extraits.

Fondée il y a vingt-cinq ans, la Cour des comptes n’a jamais eu autant de pouvoirs que sous votre présidence (depuis 2018). En quoi consiste votre travail ?

Alexeï Koudrine : Une partie importante de notre activité consiste à analyser la situation réelle du pays, au niveau tant économique que budgétaire – les prévisions macroéconomiques de développement guidant chaque budget prévisionnel. Nous avons pour ambition d’influer toujours plus sur la situation dans le pays par la mise au jour et la résolution de problèmes systémiques. Nous voulons, par exemple, multiplier les audits dits « stratégiques » [ou complets, ndt] des différentes structures de l’État.

D’ici au milieu de 2020, nous aurons mis en place un nouveau mode de fonctionnement et des méthodes modernes, notamment d’analyse informatique, nous permettant d’être plus efficaces dans la recherche des fraudes. En 2019, le montant total des infractions financières découvertes par nos services s’élevaient à 804 milliards de roubles (11,8 milliards d’euros). Toutefois, je soulignerai qu’environ un tiers d’entre elles relevait de simples erreurs comptables, rectifiées en cours d’audit. Un autre tiers concernait les procédures d’attribution des marchés publics et n’est pas répréhensible pénalement.

À combien s’élèvent les sommes détournées du budget fédéral ?

A. K. : Au regard des enquêtes pénales, deux ou trois milliards de roubles (entre 29 et 43 millions d’euros) par an, voire moins.

Considérez-vous que la corruption ait baissé ces dernières années ?

A. K. : Les études montrent que non. Pour l’État, le préjudice se chiffre même en milliers de milliards de roubles.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné se connecter

Traduit par Julien Braun

Festival du film russe : des courts-métrages étonnants

Ce samedi 7 mars, à 11h00, le cinéma Max Linder Panorama présentera sept courts-métrages dans le cadre du Festival du film russe de Paris, en partenariat avec Le Courrier de Russie.

 

Crédits Image : Il ne peut pas vivre sans l’espace / Konstantin Bronzit6 mars 2020

Box-office : la comédie populaire fait recette

Il suffirait de quelques coups de knout pour remettre sur le droit chemin la jeunesse dorée moscovite. Tel est en tout cas le point de départ de Kholop (« Le serf »), comédie de Klim Chipenkoet plus grand succès commercial de l’histoire du cinéma russe.

 

21 février 2020