Boissons énergisantes : des Russes vitaminés

Le groupe Gazprom-Media vient de lancer sa boisson énergisante, sous la marque Starvit Vitamin Energy.

Le produit – « naturel », martèle le fabricant – n’est pas vendu sous forme de canettes mais de tubes de comprimés effervescents. Résultat : un liquide rouge fluorescent, cocktail explosif de caféine, d’acides aminés, de vitamines (groupes B, C et E) et d’extraits de plantes adaptogènes, tel le ginseng ou la « graine aux cinq saveurs »— une liane très à la mode, originaire de Chine.

Introuvable en grande surface, Starvit s’achète sur internet au prix d’environ 7 euros la boîte de sept cachets, frais de port en sus. « Dose optimale » recommandée par le fabricant sur son site : un à deux verres par jour...

Pour sa promotion, la marque bénéficie d’une caution de poids en la personne de Viatcheslav Doubinine, professeur de physiologie à l’Université d’État de Moscou, bien connu du web russe pour ses fréquentes apparitions sur la chaîne de vulgarisation scientifique PostNaouka. Le 25 octobre dernier, il participait d’ailleurs à une émission sur les vertus et les risques des suppléments diététiques.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Guilhem Pousson

Dernières nouvelles de la Russie

CEDH : la Russie anticipe les amendes

En 2019, l’État russe a admis sa responsabilité - avant jugement - devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) dans 142 affaires concernant les conditions de détention dans les prisons, et s’est engagée à verser aux plaignants des compensations financières comprises entre 1 000 et 12 800 euros.

 

9 décembre 2019

Euthanasie : le débat relancé

La ministre russe de la Santé, Veronica Skvortsova, juge nécessaire la tenue d’un référendum sur le sujet de l’euthanasie, rapporte le portail Gazeta.ru. Cette prise de position a provoqué un tollé dans la classe médiatique et au-delà.

 

26 novembre 2019

Les séniors russes retournent à l’école

La Fondation des retraités russes tire la sonnette d’alarme : seuls 43 % des hommes et 37 % des femmes travaillent encore cinq ans avant l’âge de la retraite. Dans un contexte de vieillissement de la population, les autorités ont répondu par un programme de formation des séniors, détaillé par le quotidien Rossiïskaïa Gazeta.

 

21 novembre 2019