S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Moscou-Ankara : Lune de miel bancaire

Moscou-Ankara
Lune de miel bancaire

Moscou et Ankara ne s’entendent pas uniquement dans le domaine militaire. Les deux capitales viennent de conclure un accord d’utilisation du rouble et de la lire turque pour leurs transactions bilatérales.

Pour mémoire, depuis juin 2019, la Russie favorise déjà le recours aux devises nationales dans ses échanges avec un autre pays, la Chine. Si certains médias russes ont alors titré avec enthousiasme sur le « bannissement » du dollar, ni le rouble ni le yuan n’ont réellement gagné au change : pour l’instant, la « dédollarisation » profite essentiellement à l’euro.

La piètre efficacité de ce genre d’accords s’explique aisément : si les décisions sont prises au niveau politique, leur application dépend presque entièrement des milieux d’affaires. Or les entreprises préfèrent largement recourir à une seule et même devise, valable pour toutes leurs activités internationales : à quoi bon commercer dans des devises étrangères si cela oblige à surveiller constamment les cours (et à ajuster en permanence les prix), à payer des commissions de change exorbitantes et à s’assurer contre des risques financiers supplémentaires ?

Rares sont les conseillers bancaires qui laisseraient leurs clients s’aventurer à l'étranger avec une carte Mir pour seul moyen de paiement.

Cependant, le document signé en octobre dernier par le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, et son homologue turc,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Maxime Blant

Pétrole, Coronavirus : le rouble rechute

Après une année 2019 très encourageante (+ 12,6 % par rapport au dollar), le rouble n’en finit plus de plonger depuis la fin de février, sur fond de crise du coronavirus et d’effondrement des cours pétroliers.

 

19 mars 2020