Moscou-Ankara : Lune de miel bancaire

Moscou et Ankara ne s’entendent pas uniquement dans le domaine militaire. Les deux capitales viennent de conclure un accord d’utilisation du rouble et de la lire turque pour leurs transactions bilatérales.

Pour mémoire, depuis juin 2019, la Russie favorise déjà le recours aux devises nationales dans ses échanges avec un autre pays, la Chine. Si certains médias russes ont alors titré avec enthousiasme sur le « bannissement » du dollar, ni le rouble ni le yuan n’ont réellement gagné au change : pour l’instant, la « dédollarisation » profite essentiellement à l’euro.

La piètre efficacité de ce genre d’accords s’explique aisément : si les décisions sont prises au niveau politique, leur application dépend presque entièrement des milieux d’affaires. Or les entreprises préfèrent largement recourir à une seule et même devise, valable pour toutes leurs activités internationales : à quoi bon commercer dans des devises étrangères si cela oblige à surveiller constamment les cours (et à ajuster en permanence les prix), à payer des commissions de change exorbitantes et à s’assurer contre des risques financiers supplémentaires ?

Rares sont les conseillers bancaires qui laisseraient leurs clients s’aventurer à l'étranger avec une carte Mir pour seul moyen de paiement.

Cependant, le document signé en octobre dernier par le ministre russe des Finances, Anton Silouanov, et son homologue turc,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Maxime Blant

Dernières nouvelles de la Russie

Vostok Oil : Le nouvel horizon pétrolier

Le conflit entre le ministère des Finances et le géant pétrolier Rosneft touche à sa fin : le gouvernement a approuvé la création de Vostok Oil, une zone de forage de plus de mille kilomètres de long regroupant des gisements appartenant à Rosneft et à la compagnie Neftegazholding, au sud-ouest de la péninsule de Taïmyr, dans l’Arctique.

 

30 octobre 2019

Une dédollarisation à géométrie variable

Une partie des économies en dollars, une autre en euros, et quelques roubles pour les dépenses courantes : la gestion d’épargne à la russe a du plomb dans l’aile. En effet, un projet de loi autorisant les banques à fixer des taux négatifs pour les comptes en devises sera bientôt soumis à la Douma.

 

17 octobre 2019

Loi de finances 2020 :
Hausse massive des dépenses publiques

Le gouvernement russe a soumis au parlement un projet de loi de finances pour la période 2020-2023. L’exécutif entend relancer la croissance grâce, notamment, à une hausse des dépenses sans précédent, censée stimuler le développement des hautes technologies.

 

1 octobre 2019