L’amnistie de toutes les peurs

Il y a cinq ans, Vladimir Poutine promettait une amnistie pour les exilés fiscaux rapatriant leurs capitaux en Russie. Le FSB (Services fédéraux de sécurité) a pourtant utilisé la déclaration d’impôt d’un de ces « repentis » dans une affaire pénale.

L’amnistie fiscale est annoncée en décembre 2014 par Vladimir Poutine et entre en vigueur pour un an en juillet 2015. « Tout individu déclarant son patrimoine en Russie obtiendra des garanties juridiques solides et ne sera pas interrogé par le fisc ni par les forces de l’ordre sur l’origine et la façon dont ces capitaux ont été obtenus ; il ne pourra pas non plus faire l’objet de poursuites pénales ou administratives », affirme alors le chef de l’État.

Les premiers résultats sont timides : un peu plus de 7 000 contribuables seulement se manifestent. La peur du gendarme retient sans doute les autres. La deuxième période d’amnistie, annoncée à la fin de 2017, se révèle plus efficace. Entre février 2018 et mars 2019, près de 12 000 exilés fiscaux rentrent au pays, et le total des déclarations s’élève à plus de dix milliards d’euros. « Je suis ravi que les gens nous fassent confiance ! », se félicite le directeur du Service fédéral fiscal (FNS),

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Semaine de quatre jours : 
Les 35 heures à la russe

Ce lundi 30 septembre, le ministère russe du Travail rend son avis sur la réduction de la semaine de travail à quatre jours. Le projet est défendu par le Premier ministre, Dmitri Medvedev, qui avait évoqué l’idée pour la première fois en juin 2019, à la Conférence internationale du travail, à Genève.

 

30 septembre 2019

Vkusvill : Le grand frais venu du froid

En moins de dix ans, les supérettes Vkusvill, spécialisées dans les produits naturels et locaux, se sont imposées dans le secteur russe de la grande distribution. La marque vise désormais le marché mondial.

 

19 septembre 2019

Les taxis russes, un secteur en roue libre

Courses bon marché, applications mobiles à gogo : le marché russe des taxis est aujourd’hui un des plus dynamiques au monde. Selon une étude récente, la Russie est le pays où ce mode de transport revient le moins cher, et 46 % de ses habitants disposent d'une application de réservation.

 

19 septembre 2019