VK Coin, une cryptomonnaie très politique

Acheter biens et services directement via son réseau social, avec une monnaie propre à celui-ci ? Ce sera sans doute bientôt possible pour la centaine de millions d’utilisateurs (460 millions de comptes enregistrés en 2017, dont quelque 90 millions d’utilisateurs mensuels) de VKontakte (ou VK), le « Facebook russe », qui a lancé sa monnaie numérique le 1er avril dernier.

Fin mars, une information avait fuité dans la presse russe, laissant entendre que VK développait sa propre cryptomonnaie, à l’instar des géants Facebook et Telegram. Alors contacté par Le Courrier de Russie, le service de presse du réseau social contrôlé par le groupe Mail.ru (propriété du milliardaire Alicher Ousmanov, un proche de Vladimir Poutine), avait déclaré « ne pas commenter les rumeurs ».

Une monnaie made in VK

Mais la rumeur est devenue réalité. Les utilisateurs du réseau social le plus populaire de Russie ont accès, depuis une semaine, à un nouvel onglet sur leur application mobile : un imposant bouton bleu, dont chaque pression entraîne la création de 0,001 VK Coin. Il leur est aussi possible, moyennant quelques unités, d’investir dans des « accélérateurs », qui augmentent la productivité de chaque clic. Ce système de production de valeurs par la simple pression d’un bouton virtuel peut laisser perplexe. Toutefois, le réseau social n’a pas souhaité répondre aux questions du Courrier de Russie à ce sujet.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Hugo Estecahandy

Dernières nouvelles de la Russie

Histoire d’Anatoli Kliossov, le premier internaute russe

En 1982, l’URSS est conviée à participer à une conférence internationale en ligne. Un jeune biochimiste, Anatoli Kliossov, va alors profiter de la connexion à internet mise à sa disposition pour discuter avec des internautes du monde entier sans éveiller le moindre soupçon des autorités.

 

12 mars 2019

Angara, le programme spatial russe à la relance

Le nouveau lanceur spatial lourd russe, Angara 5, réalisera son deuxième vol d’essai en avril 2019. Prévu pour remplacer les lanceurs Proton actuellement utilisés, il devrait aussi donner l’occasion à la Russie de reprendre le contrôle de son programme spatial.

 

12 février 2019