Sergueï Gouriev, l’économiste qui échappe au Kremlin

Ancien recteur de l’École d’économie de Moscou, Sergueï Gouriev est le premier Russe à occuper (depuis 2015) le poste prestigieux de chef économiste de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD). En 2013, il avait fui la Russie pour la France, de crainte d’être poursuivi dans le cadre de l’affaire Ioukos.* Alors qu'il devrait bientôt quitter ses fonctions à la BERD, certains commentateurs annoncent son prochain retour au pays...

La décision de Sergueï Gouriev de quitter la BERD marque un nouveau tournant dans la vie de l'économiste. Le premier a lieu en 2013, quand, alors à l’apogée de sa carrière, il est contraint de quitter en hâte la Russie ainsi que ses fonctions de recteur de la Haute École russe d’économie.

Son départ est dû aux accusations portées contre lui par les autorités russes et à ses craintes d’être poursuivi en justice dans le cadre de l’affaire Ioukos. A l'époque, Mikhaïl Khodorkovski et Platon Lebedev, copropriétaires de la compagnie pétrolière, ont déjà été condamnés pour malversation financière et purgent de lourdes peines de prison. L’entreprise est, quant à elle, liquidée et mise en vente. Plus tard, le géant public Rosneft rachètera la majorité des actifs de Ioukos.

L’« affaire des experts de Ioukos »

En 2011, sous la présidence de Dmitri Medvedev, le Conseil présidentiel pour les droits de l'homme met sur pied une commission d'experts concernant l’affaire Ioukos, à laquelle participent des juristes et des économistes russes et étrangers. La commission, dont fait partie Sergueï Gouriev, parvient à la conclusion que de graves violations ont été commises en 2005, lors de la seconde procédure pénale, initiée contre les cadres dirigeants de l'entreprise. Alors que l'on s'achemine vers l’annulation des verdicts prononcés à leur encontre, le Comité d’enquête russe annonce soudain qu’il soupçonne certains experts réunis au sein du Conseil présidentiel d’avoir touché de l'argent de Mikhaïl Khodorkovski entre 2003 et 2004.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

L’amnistie de toutes les peurs

Il y a cinq ans, Vladimir Poutine promettait une amnistie pour les exilés fiscaux rapatriant leurs capitaux en Russie. Le FSB (Services fédéraux de sécurité) a pourtant utilisé la déclaration d’impôt d’un de ces «repentis» dans une affaire pénale.

 

10 octobre 2019

Semaine de quatre jours : 
Les 35 heures à la russe

Ce lundi 30 septembre, le ministère russe du Travail rend son avis sur la réduction de la semaine de travail à quatre jours. Le projet est défendu par le Premier ministre, Dmitri Medvedev, qui avait évoqué l’idée pour la première fois en juin 2019, à la Conférence internationale du travail, à Genève.

 

30 septembre 2019

Vkusvill : Le grand frais venu du froid

En moins de dix ans, les supérettes Vkusvill, spécialisées dans les produits naturels et locaux, se sont imposées dans le secteur russe de la grande distribution. La marque vise désormais le marché mondial.

 

19 septembre 2019