Cyber-escroquerie : des banques russes un peu trop zélées ?

Des clients de grandes banques russes se sont plaints de vérifications exagérées suite à des virements de montants très peu élevés, inférieurs à 1 000 roubles (environ 13 euros). Les banques auraient exigé de connaître l’origine des fonds et le motif des virements, menaçant, dans le cas contraire, de bloquer les comptes. Pour la presse, ces rumeurs pourraient être liées au renforcement de la lutte contre la cyber-escroquerie et le blanchiment d’argent.

L’alerte a été donnée le 27 novembre, par un article des Izvestia, citant les témoignages de clients de trois grandes banques russes : Binbank, Tinkoff-bank et Sberbank. Ces derniers affirment avoir été contactés par les représentants du service fédéral de surveillance financière, les sommant de présenter à leurs banques, sous trois jours, plusieurs documents concernant les derniers virements effectués depuis leurs comptes vers ceux d’autres personnes.

Les clients ont dû préciser l’origine des fonds et le motif des virements, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Politique

Lev Goudkov : Poutine doit faire face à la grogne sociale

Selon une étude menée en novembre par le Centre Levada*, la popularité de Vladimir Poutine auprès de la population s’effrite : seuls 40 % des Russes seraient aujourd’hui prêts à voter pour le président, contre 53 % il y a un an. Curieusement, une enquête réalisée à la fin du mois de novembre par le Fonds Opinion publique (FOM), dont le client principal est le Kremlin, affiche des résultats presque similaires. Lev Goudkov, directeur du Centre Levada, commente ces chiffres pour Le Courrier de Russie. LCDR : Différents sondages montrent que, pour la première fois en cinq ans, la cote de popularité de Vladimir Poutine est descendue en dessous de 60 %, retombant ainsi à son niveau de février 2014. Qui plus est, selon une étude du Centre Levada, 61 % des Russes estiment que leur président est responsable des problèmes auxquels est confronté le pays, contre 55 % un an plus tôt… Lev Goudkov : La cote de popularité du président russe augmente dans les situations exceptionnelles. Il s’agit le plus souvent de campagnes militaires. Vladimir Poutine a ainsi connu des pics de popularité au début de la seconde guerre de Tchétchénie en 1999, pendant la guerre russo-géorgienne en 2008, et à l’occasion de l’annexion de la Crimée en 2014. Néanmoins, depuis 2016, on observe au sein de la société une fatigue psychologique causée par ces événements. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

13 décembre 2018
Politique

Telegram et le Kremlin, un mariage de raison

À l’issue d’un long travail d’investigation, le journal en ligne Proekt.media affirme que des chaînes politiques de la messagerie Telegram sont aujourd’hui contrôlées par le Kremlin ou des structures qui lui sont liées.

12 décembre 2018
Économie

Classement Forbes : les entreprises françaises parmi les plus grands investisseurs étrangers en Russie

Sept sociétés françaises figurent dans la dernière édition du classement des cinquante plus grands investisseurs étrangers en Russie, établi chaque année par la revue Forbes Russia. Tour d’horizon. L’Hexagone domine le classement grâce à Auchan. Les deuxième et troisième marches du podium reviennent à deux producteurs de tabac : Japan Tobacco International et Philip Morris International. La France réapparaît au septième rang avec Leroy Merlin, qui appartient au même groupe qu’Auchan (Mulliez). Viennent ensuite Renault (17e) et Danone (19e). L’Oréal et Sanofi se classent respectivement en 42e et 44e positions. Outre les entreprises déjà mentionnées, le top 10 inclut le japonais Toyota Motor, les allemands Volkswagen et Metro Cash & Carry, ainsi que le britannique British American Tobacco, l’américain PepsiCo et le suédois IKEA. La France se place troisième au nombre de sociétés présentes dans le classement. Elle est devancée par les États-Unis, qui placent neuf de leurs entreprises, et par l’Allemagne, qui en compte huit. Les constructeurs automobiles enregistrent la meilleure progression du chiffre d’affaires. Ce classement comporte uniquement des entreprises dont le capital est détenu à plus de 50 % par des étrangers, et a été établi en fonction de leur chiffre d’affaires de 2017. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

11 décembre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne