Yandex, objet de toutes les convoitises

Depuis la mi-octobre, on ne parle plus que de Yandex, le « Google russe », sur les réseaux sociaux. La presse affirme que la plus grande banque du pays, Sberbank, contrôlée par l’État, s’apprête à prendre une part importante au capital du leader russe de l’IT. « Sberbank a entamé des négociations en vue d’acquérir un important paquet d’actions de Yandex ; il s'agirait pour le banque d'acquérir 30 % du capital du groupe d’Arkady Volozh… » annonce le journal Vedomosti le 18 octobre, sources à l’appui. L’État, principal actionnaire de Sberbank, prendrait ainsi le contrôle du leader russe de l’IT, conclut le quotidien économique.Si Vedomosti précise que rien n’est encore décidé, la réaction boursière est immédiate : le jour même, les actions de Yandex perdent 18 % de leur valeur au NASDAQ où la société est cotée, et voit sa capitalisation chuter d’1,8 milliard de dollars. Le lendemain, à l’ouverture des marchés, les actions de Yandex se déprécient encore de 6 %.Pour Forbes Russie, cette réaction des investisseurs est liée à deux craintes. D’une part, avec l’entrée de Sberbank dans son capital, Yandex risque de tomber sous le coup des sanctions occidentales. Ensuite, cette prise de contrôle par l’État pourrait faire fuir une partie des dirigeants du groupe, mais aussi les utilisateurs, au profit du concurrent américain Google (actuellement loin derrière Yandex en Russie). Pour mémoire, après le rachat de Vkontakte par des structures liées au Kremlin, et surtout après que le réseau social russe avait fourni au FSB certaines informations concernant ses utilisateurs, une partie de ces derniers l’avaient délaissé au profit de Facebook.« La chute des actions de Yandex signifie que les investisseurs sont sur leurs gardes, estime l’analyste financier Maxime Blant. Et pas seulement à cause de la menace de sanctions occidentales. En réalité, le calcul est élémentaire. Yandex, seule, est une entreprise russe privée ayant toutes les chances de devenir un groupe mondial. Yandex, associée à Sberbank, voit son potentiel de développement considérablement réduit, pour la bonne et simple raison que l’État en devient l'actionnaire principal ».
Arkady Volozh, qui figure au classement Forbes des cent plus grosses fortunes de Russie, a fondé le moteur de recherche Yandex en 1997, un an avant la création de Google.
Pourtant, très rapidement, Sberbank dément l'information. La banque n’a ni entamé de négociations avec Yandex ni été contactée par ses représentants,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Oleg Viouguine :
« Un rouble insensible à Trump
et au cours du pétrole »

Depuis le début du printemps, le cours du rouble fait l’objet de nombreux commentaires et de prévisions contradictoires. L’ancien vice-président de la Banque centrale de Russie, Oleg Viouguine, se montre, quant à lui, plutôt optimiste.

 

22 mai 2019

Sberbank + Rambler :
Un mariage de raison d’État

Une transaction majeure vient d’être officialisée sur le marché russe : Sberbank va racheter des parts de Rambler, l’un des principaux groupes de médias du pays. La banque publique prévoirait d’investir entre 124,5 et 152 millions d’euros dans le développement de son nouvel actif.

 

16 mai 2019

Les frères Boukhman, rois du jeu sur mobile

La Russie compte deux nouveaux milliardaires : les frères Igor et Dmitri Boukhman, respectivement trente-sept et trente-quatre ans. Les fondateurs de l’entreprise Playrix, un éditeur de jeux pour smartphones et tablettes, seraient chacun à la tête d’une fortune de 1,4 milliard de dollars, selon l’agence Bloomberg.

 

3 mai 2019