Hausse du prix du carburant : les Russes vont-ils enfiler des gilets jaunes ?

Les automobilistes russes sont mécontents : les prix du carburant sont en hausse constante depuis le début de l’année. Si le pays n’en est pas encore à descendre en masse dans la rue, comme en France, la grogne monte – et le gouvernement est en ligne de mire.Le prix du carburant en Russie s'est envolé en mars dernier, juste après la victoire de Vladimir Poutine à la présidentielle. En l'espace d'un mois à peine, l'essence a augmenté de 13 %. Presque immédiatement, des mouvements de protestation ont vu le jour, notamment à Omsk et Novossibirsk, au Daghestan ou dans la région d’Irkoutsk.Afin d’endiguer le mécontentement, le gouvernement a alors trouvé un accord avec les grandes compagnies pétrolières russes, qui ont accepté de bloquer les prix sur le marché intérieur. Mais pour un temps seulement. Dès l’automne, le prix du carburant est reparti à la hausse. L’Agence fédérale de statistiques, Rosstat, a ainsi constaté une augmentation de 0,1 % entre août et septembre. Au total, depuis le début de l’année, les prix à la pompe ont augmenté de 8,9 %.

Un accord chasse l'autre

Réunis à nouveau, à l’appel du gouvernement, fin octobre, les géants pétroliers ont annoncé ne plus pouvoir freiner la hausse des prix, prévenant que l’essence coûterait , au détail, 4 ou 5 cinq roubles (5-6 centimes d’euros environ) de plus à partir de janvier 2019. Quelques jours plus tard, le Premier ministre, Dmitri Medvedev,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Affaire Baring Vostok :
« Le problème, c’est le manque d’indépendance de la justice »

Le 9 juillet dernier, le tribunal Basmanny de Moscou a prolongé de trois mois la détention provisoire du Français Philippe Delpal, arrêté en février pour escroquerie dans l’affaire Baring Vostok. La décision inquiète le défenseur des droits des entrepreneurs Alexandre Khouroudji.

 

7 août 2019

Ménages russes :
Un endettement bienvenu

L’endettement des Russes va croissant depuis deux ans. En 2018, quelque 15 millions de personnes, soit un emprunteur sur trois, avaient au moins trois crédits en cours de remboursement, soit 12 % de plus que l’année précédente. Le ministre de l’Économie, Maxime Orechkine, tire la sonnette d’alarme.

 

1 août 2019

Protectionnisme :
Les amateurs de vin passent à la caisse

Le 17 juillet, la Douma d’État (la chambre basse du parlement russe) a adopté en première lecture une proposition de loi augmentant la taxation du vin à partir de janvier 2020. La taxe passera de 18 à 31 roubles (de 0,25 à 0,44 euro) par litre de vin tranquille, et de 36 à 40 roubles (de 0,51 à 0,57 euro) par litre de vin pétillant.

 

30 juillet 2019