Pétrole : Kadyrov remporte son bras de fer avec Setchine

Le géant pétrolier Rosneft essuie son premier revers sur le marché russe : il vient de confier, à la demande de Vladimir Poutine, les rênes de l'une de ses deux entreprises tchétchènes aux autorités de la république caucasienne. Le président russe a signé un décret entérinant cette décision.Dans son décret daté du 18 septembre, Vladimir Poutine donne deux mois au gouvernement fédéral pour transférer aux autorités tchétchènes l’entreprise ChechenNefteKhimProm (CNKP), que gérait jusqu’à présent Rosneft. Le président russe met ainsi fin aux longues négociations entre le géant pétrolier et la république caucasienne.Ces dernières années, le chef de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, avait demandé, à plusieurs reprises, ce transfert à Vladimir Poutine, regrettant que le « potentiel considérable » de l’entreprise ne soit pas exploité à sa pleine mesure. CNKP possède plus de 1 000 puits de forage de pétrole et de gaz, deux raffineries, quatre centres de stockage et plus de 500 km de pipelines.
« Igor Setchine souhaitait imposer son propre mécanisme de transfert des actifs pétroliers au pouvoir tchétchène. »
En dépit de l'accord du Kremlin (obtenu en 2015), la prise de contrôle par la Tchétchénie d'une partie de son industrie pétrolière n'avait pas, jusqu'à aujourd'hui, pu se réaliser. En avril 2017,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Affaire Baring Vostok :
« Le problème, c’est le manque d’indépendance de la justice »

Le 9 juillet dernier, le tribunal Basmanny de Moscou a prolongé de trois mois la détention provisoire du Français Philippe Delpal, arrêté en février pour escroquerie dans l’affaire Baring Vostok. La décision inquiète le défenseur des droits des entrepreneurs Alexandre Khouroudji.

 

7 août 2019

Ménages russes :
Un endettement bienvenu

L’endettement des Russes va croissant depuis deux ans. En 2018, quelque 15 millions de personnes, soit un emprunteur sur trois, avaient au moins trois crédits en cours de remboursement, soit 12 % de plus que l’année précédente. Le ministre de l’Économie, Maxime Orechkine, tire la sonnette d’alarme.

 

1 août 2019

Protectionnisme :
Les amateurs de vin passent à la caisse

Le 17 juillet, la Douma d’État (la chambre basse du parlement russe) a adopté en première lecture une proposition de loi augmentant la taxation du vin à partir de janvier 2020. La taxe passera de 18 à 31 roubles (de 0,25 à 0,44 euro) par litre de vin tranquille, et de 36 à 40 roubles (de 0,51 à 0,57 euro) par litre de vin pétillant.

 

30 juillet 2019