Les oligarques à la recherche de nouveaux paradis fiscaux

Les tensions géopolitiques contraignent les grands patrons russes à revoir leurs plans : la question de savoir où résider et où conserver leurs capitaux se fait de plus en plus pressante. Alors que les États-Unis menacent d’adopter contre la Russie de nouvelles sanctions, « beaucoup plus dures » que celles instaurées en août dernier, le Royaume-Uni s’interroge sur la légalité des visas d’affaires accordés aux investisseurs russes, et Chypre ferme leurs comptes bancaires. Comment les oligarques vont-ils réagir ?On ne voit pas le bout des sanctions antirusses. À la mi-septembre, Washington a annoncé, pour le mois de novembre, la mise en place d’un deuxième train de sanctions « très dures » contre la Russie, accusée d’être responsable de l’attaque à l’arme chimique, en mars dernier, contre l’ancien agent double Sergueï Skripal et sa fille Ioulia.

« Une agression économique caractérisée »

Fin août, le Département d’État américain invoquait déjà l’« affaire Skripal » pour justifier l’adoption d’un premier train de sanctions économiques contre la Russie, censées « frapper fort ». Les citoyens américains et les structures du pays, publiques et privées, s’étaient vu interdire toute aide extérieure à la Russie, y compris sous forme de crédit, ainsi que toute exportation de « biens et technologies à double usage », civil et militaire.Le deuxième train, en préparation pour le mois de novembre, pourrait restreindre les relations diplomatiques, interdire au transporteur public russe Aeroflot de voler vers les États-Unis et mettre fin à toute activité d’import-export entre les deux pays.Mais alors que le premier train de sanctions avait laissé le Kremlin relativement indifférent, du moins à en juger par les déclarations des officiels russes, les restrictions à venir semblent inquiéter Moscou. Le président du Comité des Affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), Konstantin Kossatchev, les a déjà qualifiées d’« agression économique caractérisée ».
« Les sanctions ont plutôt réduit les dividendes des détenteurs d'actions de Rusal que réellement fait perdre de l’argent à Deripaska lui-même.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

L’amnistie de toutes les peurs

Il y a cinq ans, Vladimir Poutine promettait une amnistie pour les exilés fiscaux rapatriant leurs capitaux en Russie. Le FSB (Services fédéraux de sécurité) a pourtant utilisé la déclaration d’impôt d’un de ces «repentis» dans une affaire pénale.

 

10 octobre 2019

Semaine de quatre jours : 
Les 35 heures à la russe

Ce lundi 30 septembre, le ministère russe du Travail rend son avis sur la réduction de la semaine de travail à quatre jours. Le projet est défendu par le Premier ministre, Dmitri Medvedev, qui avait évoqué l’idée pour la première fois en juin 2019, à la Conférence internationale du travail, à Genève.

 

30 septembre 2019

Vkusvill : Le grand frais venu du froid

En moins de dix ans, les supérettes Vkusvill, spécialisées dans les produits naturels et locaux, se sont imposées dans le secteur russe de la grande distribution. La marque vise désormais le marché mondial.

 

19 septembre 2019