Les oligarques à la recherche de nouveaux paradis fiscaux

Les tensions géopolitiques contraignent les grands patrons russes à revoir leurs plans : la question de savoir où résider et où conserver leurs capitaux se fait de plus en plus pressante. Alors que les États-Unis menacent d’adopter contre la Russie de nouvelles sanctions, « beaucoup plus dures » que celles instaurées en août dernier, le Royaume-Uni s’interroge sur la légalité des visas d’affaires accordés aux investisseurs russes, et Chypre ferme leurs comptes bancaires. Comment les oligarques vont-ils réagir ?On ne voit pas le bout des sanctions antirusses. À la mi-septembre, Washington a annoncé, pour le mois de novembre, la mise en place d’un deuxième train de sanctions « très dures » contre la Russie, accusée d’être responsable de l’attaque à l’arme chimique, en mars dernier, contre l’ancien agent double Sergueï Skripal et sa fille Ioulia.

« Une agression économique caractérisée »

Fin août, le Département d’État américain invoquait déjà l’« affaire Skripal » pour justifier l’adoption d’un premier train de sanctions économiques contre la Russie, censées « frapper fort ». Les citoyens américains et les structures du pays, publiques et privées, s’étaient vu interdire toute aide extérieure à la Russie, y compris sous forme de crédit, ainsi que toute exportation de « biens et technologies à double usage », civil et militaire.Le deuxième train, en préparation pour le mois de novembre, pourrait restreindre les relations diplomatiques, interdire au transporteur public russe Aeroflot de voler vers les États-Unis et mettre fin à toute activité d’import-export entre les deux pays.Mais alors que le premier train de sanctions avait laissé le Kremlin relativement indifférent, du moins à en juger par les déclarations des officiels russes, les restrictions à venir semblent inquiéter Moscou. Le président du Comité des Affaires étrangères du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe), Konstantin Kossatchev, les a déjà qualifiées d’« agression économique caractérisée ».
« Les sanctions ont plutôt réduit les dividendes des détenteurs d'actions de Rusal que réellement fait perdre de l’argent à Deripaska lui-même.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Partage des données privées : Le FSB donne rendez-vous à Tinder

Ce début du mois de juin est chaud pour l’internet russe. Le 3, l’application de rencontres Tinder a été sommée de mettre à disposition des services de sécurité (FSB) les données personnelles de ses utilisateurs.

 

10 juin 2019

L’oligarchie en héritage

La revue Forbes Russia vient de publier son classement annuel des héritiers les plus riches de Russie. Patrimoine moyen de chacun des quarante-huit enfants issus des vingt familles les plus fortunées du pays : 2,3 milliards de dollars. Le classement 2019 est dominé par Ioussouf Alekperov, fils du président du géant pétrolier Lukoil.

 

10 juin 2019

L’or, un refuge russe

La Russie accroît activement ses réserves d’or. Au premier trimestre 2019, elle était le premier acheteur mondial du métal précieux, selon le World Gold Council. L’expert financier indépendant Anton Chabanov explique les raisons de cette tendance.

 

4 juin 2019