fbpx

Sanctions : Washington veut frapper fort

Alors que le département d’État vient d’annoncer, la mise en place, à partir du 22 août prochain, de nouvelles sanctions économiques contre la Russie, l’accusant d’être responsable de l’agression à l’arme chimique perpétrée, le 4 mars dernier, en Angleterre, contre l’ancien agent double russe Sergueï Skripal, un groupe de parlementaires américains propose un ensemble de mesures contre Moscou, qui, si elles sont adoptées, interdiraient toute opération liée à la dette publique russe et toute participation à de grands projets énergétiques conjoints.

Au mois d’août, traditionnellement, la Russie est en vacances. Mais les législateurs américains ont décidé de troubler le repos des politiciens et des hommes d’affaires du pays. Un projet de nouveau train de sanctions contre la Russie a été soumis au Congrès par un groupe de sénateurs, juste après la rencontre des présidents Vladimir Poutine et Donald Trump à Helsinki, le 16 juillet dernier. Les auteurs du projet de loi estiment en effet que Donald Trump ne s’est pas montré assez ferme sur la question de l’ingérence présumée de Moscou dans l’élection américaine, laissant son homologue « sortir vainqueur » de ce sommet.

Si la plupart des experts prévoyaient un « renforcement brutal » des sanctions américaines contre la Russie, ils ne l’attendaient toutefois pas avant le mois de septembre. Mais le projet de loi, intitulé : « Protection de la démocratie américaine contre les attaques du Kremlin », a été déposé le 2 août au Congrès, préparé par les sénateurs démocrates Bob Menendez, Ben Cardin, et Jeanne Shaheen, et les républicains Cory Gardner, Lindsey Graham et John McCain.

« En réalité, ces sanctions pourraient bien viser le projet Nord-Stream-2, l’objectif étant d’évincer la Russie du marché énergétique européen. »

Si le texte du projet de loi n’est pas encore disponible, le contenu en est décrit sur le site personnel du sénateur Lindsey Graham. Selon ses auteurs, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

International

Nord Stream 2, le gazoduc de la discorde

Au début de février, Paris et Berlin se sont entendues pour que la « directive sur le gaz », qui fait partie du « troisième paquet Énergie », ne soit pas révisée pour le moment. Les amendements, proposés par la Commission européenne en 2017 et soutenus par le président français Emmanuel Macron, visaient à libéraliser le marché européen du gaz et de l’électricité et à étendre les compétences juridiques de Bruxelles en la matière. En pratique, ils auraient considérablement limité le rôle de Gazprom dans le projet de gazoduc Nord Stream 2, qui doit relier la Russie à l’Allemagne via la mer Baltique. Voulu par Berlin, le tube devrait être achevé en 2020. Konstantin Simonov, directeur de la Fondation nationale russe pour la sécurité énergétique, commente ce dossier hautement politique.LCDR : En quoi consistait la révision du troisième paquet Énergie de l’Union européenne (UE), proposée par la Commission européenne et soutenue par Paris ?Konstantin Simonov : Il faut d’abord comprendre ce qu’est le troisième paquet Énergie et, plus précisément, sa « directive sur le gaz » : ce texte, qui date de 2009, impose une décentralisation et une démonopolisation maximales des livraisons de gaz sur le territoire de l’Union européenne. Dans la pratique, il sépare les fonctions de transporteur et de producteur du gaz. Ce dernier est propriétaire du gazoduc, c’est tout. La gestion effective du transport et de la distribution revient à l’opérateur du gazoduc, qui agit en totale autonomie : il génère et gère les bénéfices, reverse les dividendes à ses actionnaires, etc. Aujourd’hui, le troisième paquet Énergie ne s’applique qu’aux gazoducs terrestres. La révision proposée en 2017 l’étendrait aux tubes sous-marins – donc à Nord Stream 2. De fait, Gazprom serait alors forcé de céder les fonctions d’opérateur à une entreprise indépendante. Le géant russe se verrait en outre contraint de renoncer à 50 % des capacités du gazoduc – dont il possède aujourd’hui la totalité –, en les mettant aux enchères, au profit d’autres producteurs.Konstantin Simonov, directeur de la Fondation nationale russe pour la sécurité énergétique. […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

21 février 2019
Économie

Le leader russe des petites annonces change de mains

Avito, le premier site russe de petites annonces – et n°2 mondial du marché –, vient d’être racheté par le fonds d’investissement sud-africain Naspers.En Russie, tout le monde connaît Avito. On y trouve les offres les plus diverses, depuis des vêtements d’occasion jusqu’à des animaux, des appartements ou des voitures. Le site permet de passer des annonces de vente ou de location, mais aussi de proposer des services.Avec 34,3 millions de visiteurs uniques en 2018, selon le cabinet Research and Markets, Avito est le deuxième site mondial de petites annonces en ligne, derrière le portail américain Craigslist.org, mais devant le chinois 58.com, le français LeBonCoin.fr et l’allemand EBay-Kleinanzeigen.de.Des Suédois aux Sud-AfricainsAvito a été lancé en 2007 par deux Suédois, Jonas Nordlander et Filip Engelbert (qui sont toujours à sa tête). Naspers est entré au capital du groupe en 2013, puis a porté sa part de 18,6 % à 67,9 % en 2015, afin d’en devenir l’actionnaire majoritaire. À l’époque, le fonds d’investissement sud-africain, qui estimait la valeur d’Avito à 2,38 milliards de dollars (environ 2,1 milliards d’euros), a déboursé 1,2 milliard de dollars pour cette opération.En 2017, le site de petites annonces a réalisé un chiffre d’affaires de 268,5 millions de dollars. À titre d’exemple, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

12 février 2019
Politique

Le clan Arachoukov au cœur de la lutte anti-corruption

Le 30 janvier dernier, le plus jeune sénateur de la Fédération de Russie, Raouf Arachoukov, était arrêté devant ses collègues. Accusé de meurtre, il se trouve au cœur d’un vaste scandale de corruption politico-financier.Moscou, 30 janvier au matin. La séance du Conseil de la Fédération (la chambre haute du Parlement) s’ouvre à peine, quand sa présidente, Valentina Matvienko, annonce un huis-clos. Les écrans sur lesquels la presse suit habituellement les débats sont aussitôt éteints, conformément au règlement.« Le procureur général de Russie, Iouri Tchaïka, et le président du Comité d’enquête, Alexandre Bastrykine, ont alors fait leur entrée dans la salle du Conseil, raconte un témoin, sous couvert d’anonymat. » M. Tchaïka lit aux sénateurs les chefs d’accusation pour lesquels est poursuivi M. Arachoukov, entre autres : assassinats commandités et appel à l’insurrection contre le pouvoir en Karatchaïévo-Tcherkessie, petite république du Caucase du Nord dont il est le représentant à Moscou. Les sénateurs votent ensuite à l’unanimité moins une abstention la levée de l’immunité parlementaire de leur collègue. « Arachoukov a alors tenté de s’enfuir, poursuit le témoin. Mais Matvienko, glaciale, lui a conseillé de regagner sa place et de n’opposer aucune résistance. Le sénateur a alors été arrêté et emmené. »Arrestations en cascadePréparée dans le plus grand secret, l’interpellation de Raouf Arachoukov est un cas extraordinaire. Selon la législation russe, l’arrestation d’un membre du Conseil de la Fédération ne peut se faire qu’à la demande du président du Comité d’enquête et avec l’accord du procureur général de Russie et de la présidente du Sénat. Dans toute l’histoire récente du pays (depuis 1991), un seul sénateur a été privé de son immunité parlementaire : le représentant de la région de Tcheliabinsk, Konstantin Tsybko, accusé de corruption en 2014. Il a ensuite été condamné à neuf ans de colonie pénitentiaire.M. Arachoukov ne semble pas avoir cru immédiatement à la réalité de son arrestation. Le jour même, devant le juge, il est apparu souriant et a eu la facétie d’exiger la présence d’un interprète tcherkesse (comme le prévoit la loi pour les personnes ne maîtrisant pas le russe), alors qu’il n’avait pas paru connaître de difficultés, jusqu’alors, pour s’exprimer dans la langue de Pouchkine.Le père de Raouf Arachoukov, Raoul, a été arrêté à Saint-Pétersbourg au même moment que son fils. Il est accusé d’avoir volé à Gazprom pour plus de 400 millions d’euros de gaz.Le sénateur est accusé des meurtres, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

6 février 2019

Vous êtes actuellement hors ligne