Le Courrier de Russie

Moscou se débarrasse de ses titres de dette américaine

Malgré des relations politiques très tendues avec les États-Unis, la Russie a, pendant de nombreuses années, acheté des bons du Trésor américain et été l’un des principaux créanciers du pays. Depuis 2007, le volume des investissements russes dans la dette américaine n’a cessé d’augmenter. Mais aujourd’hui, la tendance s’inverse : entre avril et mai 2018, la Banque centrale de Russie a vendu une part significative de ses bons du Trésor américain. Le volume des investissements russes s’est réduit de 100 à 15 milliards de dollars, du jamais vu.

En mars 2018, la Russie occupait la seizième place dans le classement des pays détenteurs de bons du Trésor américain. Le volume des investissements russes s’élevait à 96,9 milliards de dollars. En décembre 2017, il se montait à 102,2 milliards de dollars.

Selon des données publiées en juillet par le Département du Trésor américain, aujourd’hui, la Russie ne fait même plus partie des trente principaux détenteurs de titres de dette américaine. En avril et mai 2018, les investissements russes ont chuté à 14,9 milliards de dollars. La Russie se classe ainsi désormais derrière des pays tels que la Turquie (32,6 milliards de dollars), l’Afrique du Sud (24,4 milliards) et le Kazakhstan (17,6 milliards) dans la liste des principaux créanciers des États-Unis.

Une décision purement politique

Les avoirs russes dans la dette américaine ont chuté à leur niveau de 2007, date à laquelle la Russie s’était mise à acheter massivement des titres financiers américains. Le pic de ces investissements remonte à octobre 2010, […]