Le Courrier de Russie

SPIEF : Les entreprises françaises toujours coincées dans le labyrinthe des sanctions

Ðîññèÿ. Ñàíêò-Ïåòåðáóðã. Âî âðåìÿ XXII Ïåòåðáóðãñêîãî ìåæäóíàðîäíîãî ýêîíîìè÷åñêîãî ôîðóìà íà òåððèòîðèè êîíãðåññíî-âûñòàâî÷íîãî öåíòðà "Ýêñïîôîðóì". Ñåðãåé Áîáûëåâ/ôîòîõîñò-àãåíòñòâî ÒÀÑÑ

Alors que la France vote, tous les six mois, le renouvellement des sanctions économiques européennes contre la Russie, elle est, à l’instar du Japon, l’invitée d’honneur du Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), qui se tient du 24 au 26 mai. Le président Emmanuel Macron qui, à cette occasion, effectue sa première visite en Russie en tant que chef de l’État, est attendu par les entrepreneurs français installés dans le pays.

Parmi la multitude des pavillons qui composent le SPIEF 2018, celui de la France est particulièrement imposant : son périmètre est occupé par les stands des plus grandes entreprises de l’Hexagone présentes en Russie, tandis qu’en son centre un bar permet de déguster la cuvée spéciale Saint-Pétersbourg d’une célèbre maison de champagne. L’endroit est devenu naturellement le point de rendez-vous des représentants français et russes du monde des affaires. […]