Le Courrier de Russie

80 dollars le baril : un cadeau empoisonné pour Moscou ?

Pour la première fois depuis le mois de novembre 2014, le prix du baril de Brent a dépassé les 80 dollars. Un rapport publié par Bank of America Merill Lynch indique qu’il pourrait atteindre les 100 dollars au premier semestre 2019. Bien que la Russie, dont le budget fédéral dépend à 40 % de la rente des hydrocarbures, profite de cette hausse sur le court terme, certains observateurs mettent en garde contre les risques éventuels d’un prix du baril trop élevé pour l’économie du pays.

Alors que le baril avoisinait couramment les 115 dollars il y a quelques années, il chute drastiquement à la fin de 2014, en raison notamment d’une surabondance de l’offre. Au terme de 2016, les treize États membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et onze autres pays, dont la Russie, s’engagent à limiter leur production afin de rétablir l’équilibre sur le marché. Cette entente permet au prix du baril de se stabiliser autour de 60 dollars en 2017.

L’annonce fracassante faite par Donald Trump du retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien et la perspective de futures sanctions, « les plus fortes de l’histoire », contre le troisième plus grand pays producteur de pétrole de l’OPEP, […]