Contre-sanctions : Un remède pire que le mal ?

Les députés russes ont préparé une réponse aux dernières sanctions américaines, les plus lourdes à l’égard des milieux d'affaires russes depuis le début de la crise ukrainienne, selon les experts. Ce projet de loi de contre-sanctions, actuellement soumis à l'approbation de l'administration présidentielle et du gouvernement, ne sera proposé en première lecture à la Douma que le 15 mai prochain. Mais il provoque déjà de vifs débats dans la société, où l'on se demande, en premier lieu, qui ces restrictions visent en réalité : les États-Unis ou la Russie elle-même ?À la différence des élus du Congrès américain, qui préparaient de nouvelles sanctions contre la Russie depuis plus de six mois (la loi CAATSA, ou « Contrer les adversaires de l’Amérique au moyen de sanctions », a été signée par le président Trump en août 2017), les parlementaires russes ont travaillé dans l’urgence : le projet de loi de contre-sanctions de la Douma a été rédigé une semaine après que les Américains avaient adopté la leur, le 6 avril.« Nous avons envoyé ce projet de loi au président, au gouvernement, au Conseil de la Fédération, à la Chambre civile, aux commissions de la Douma et à la Chambre des comptes. Et nous allons organiser des rencontres avec les milieux d’affaires et toutes les entreprises russes qui seront liées d’une façon ou d’une autre à la mise en œuvre du projet », a annoncé le président de la Douma, Viatcheslav Volodine.Les contre-sanctions envisagées sont extrêmement larges. Elles touchent à l’ensemble de la vie économique, depuis les importations de médicaments jusqu’aux exportations de titane, en passant par les importations d’alcool ou la maintenance des avions américains. « Nous devons disposer de tout un arsenal nous permettant de nous défendre », a commenté le vice-Premier ministre russe Arkadi Dvorkovitch,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Courses à crédit

La chaîne de supermarchés Perekriostok va se lancer dans le crédit à la consommation. Une décision prise pour contrer la baisse du pouvoir d’achat des Russes. Or, selon une étude récente de la Banque mondiale, les deux tiers des emprunteurs en Russie seraient insolvables…

 

18 juin 2019

Partage des données privées : Le FSB donne rendez-vous à Tinder

Ce début du mois de juin est chaud pour l’internet russe. Le 3, l’application de rencontres Tinder a été sommée de mettre à disposition des services de sécurité (FSB) les données personnelles de ses utilisateurs.

 

10 juin 2019

L’oligarchie en héritage

La revue Forbes Russia vient de publier son classement annuel des héritiers les plus riches de Russie. Patrimoine moyen de chacun des quarante-huit enfants issus des vingt familles les plus fortunées du pays : 2,3 milliards de dollars. Le classement 2019 est dominé par Ioussouf Alekperov, fils du président du géant pétrolier Lukoil.

 

10 juin 2019