Telegram a annoncé créer sa propre cryptomonnaie. Crédits : DR

Russie/USA : Telegram sous pression

Moscou menace de bloquer la populaire messagerie cryptée Telegram dans les semaines à venir si sa direction ne transmet pas au Service fédéral de sécurité (FSB) les clés de décryptage des messages échangés par ses utilisateurs. Inquiet de perdre le contrôle de son entreprise et, par ailleurs, mis sous pression par les autorités américaines, Pavel Dourov, créateur de l’application, limite le cercle des investisseurs potentiels.

Le mois d’avril sera déterminant pour Pavel Dourov et Telegram, suite au refus de la Cour suprême de Russie, le 20 mars, de reconnaître comme illégale – à la demande de P. Dourov – l’exigence du FSB d’avoir accès aux clés de décryptage des messages échangés par les utilisateurs. Selon le fondateur de l’application, la démarche du FSB est une violation de la Constitution russe, qui garantit le secret des correspondances privées. Le FSB rétorque que ce droit protégé par la loi ne concerne pas les services de messagerie.

Dourov vs FSB

Forte de la décision de la Cour suprême, l’agence de surveillance des télécommunications Roskomnadzor a informé Telegram de la nécessité de transmettre dans les quinze jours les clés de décryptage au FSB. Dans le cas contraire, l’application sera bloquée. Telegram risque ainsi de connaître le même sort que LinkedIn, inaccessible en Russie depuis la fin de 2016 en raison du refus de sa direction de déplacer dans le pays les serveurs où sont stockées et traitées les données personnelles de ses utilisateurs russes.

Pavel Dourov campe toutefois sur ses positions : « Ces menaces n’aboutiront pas. Telegram protégera la liberté et la vie privée de ses utilisateurs », a-t-il écrit sur son compte Twitter, signifiant son refus de se soumettre aux exigences du FSB. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Anastasia Sedukhina