Expert en sanctions, un métier d’avenir ?

Un nouveau métier est récemment apparu sur le marché russe : expert en sanctions. En quoi consiste cette profession inhabituelle et recherchée ? Nous avons posé la question à Artem Javoronkov, spécialiste en sanctions et associé du cabinet d’avocats international Dentons. Le Courrier de Russie : Comment êtes-vous devenu un « expert en sanctions » ?Artem Javoronkov : C’est arrivé tout à fait par hasard. En avril 2014, je devais aller à Washington pour intervenir lors d’un séminaire prévu depuis longtemps, sur le thème « Comment mener des affaires en Russie ». Mais en mars, la Crimée a été rattachée à la Russie, la situation s’est aggravée au Donbass, les premières sanctions sont entrées en vigueur... Peu avant mon départ, un collègue de Washington m’a appelé pour m’annoncer que le séminaire était annulé. « Plus personne ne s’intéresse au monde des affaires en Russie. Tout le monde ne parle plus que des sanctions », m’a-t-il dit. Me surprenant moi-même, je lui ai alors proposé de simplement changer de thème pour « Les sanctions en Russie ». Il m’a rappelé au bout d’une heure et m’a dit : « Tous les billets sont vendus, on va faire salle comble, viens ! » Voilà comment j’ai commencé à me spécialiser dans les sanctions.
« Le travail le plus difficile et le plus créatif, c’est d'élaborer un plan d'action minimisant les risques pour les grandes entreprises »
LCDR : En quoi consiste votre travail ? Quel genre de missions devez-vous remplir ?

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Propos recueillis par Anastasia Sedukhina

Dernières nouvelles de la Russie

Sberbank + Rambler :
Un mariage de raison d’État

Une transaction majeure vient d’être officialisée sur le marché russe : Sberbank va racheter des parts de Rambler, l’un des principaux groupes de médias du pays. La banque publique prévoirait d’investir entre 124,5 et 152 millions d’euros dans le développement de son nouvel actif.

 

16 mai 2019

Les frères Boukhman, rois du jeu sur mobile

La Russie compte deux nouveaux milliardaires : les frères Igor et Dmitri Boukhman, respectivement trente-sept et trente-quatre ans. Les fondateurs de l’entreprise Playrix, un éditeur de jeux pour smartphones et tablettes, seraient chacun à la tête d’une fortune de 1,4 milliard de dollars, selon l’agence Bloomberg.

 

3 mai 2019

Nikolaï Storonski,
le trader qui veut supprimer les banques

Dans quelques années, les banques, les commerces et les services de réservation (taxis, hôtels, etc.) auront presque tous été remplacés par des applications mobiles, si l’on en croit Nikolaï Storonski.

 

19 avril 2019