|  
41K Abonnés
  |   |  

La Russie prolonge son accord pétrolier avec l’OPEP

Les pays producteurs de pétrole signataires de l’accord OPEP+, qui porte sur la réduction de la production pétrolière, ont décidé, le 30 novembre, de le prolonger de neuf mois, jusqu’à fin 2018. Après cette date, les prix de l’or noir pourraient chuter, avertissent les experts. Décryptage de RBC.

Un an sans hausse de la production

Fin 2016, suite à la surproduction de brut entre 2014 et 2016 et l’effondrement des prix qui a suivi (d’environ 100 dollars jusqu’à 26 dollars le baril), les 13 États membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et 11 autres pays, dont la Russie, ont décidé de réduire pendant 6 mois la production de pétrole de 1,8 million de barils par jour par rapport à octobre 2016 – soit environ 2 % de la production mondiale. La Fédération russe s’est engagée à diminuer sa production de 300 000 barils par jour.

Le 25 mai 2017, les pays signataires de l’accord l’ont prolongé une première fois de neuf mois, jusqu’à fin mars 2018. Puis une seconde fois, le 30 novembre, jusqu’à fin 2018.

À la veille du second prolongement de l’accord, Khalid Al-Falih, ministre saoudien du pétrole, a qualifié de « formidable » le respect des engagements pris, précisant que la fin de l’accord serait « très progressive et mûrement réfléchie », rapporte Interfax.

Khalid Al-Falih, ministre saoudien du pétrole. Crédits : Flickr - World Economic Forum
Khalid Al-Falih, ministre saoudien du pétrole. Crédits : Flickr – World Economic Forum

En un an – du troisième trimestre 2016 au troisième trimestre 2017 –, les réserves commerciales de pétrole dans l’OPEP ont baissé de 3,067 à 2,985 milliards de barils, selon un rapport de l’organisation. Le prix du Brent est quant à lui remonté pour osciller aujourd’hui autour de 60 dollars.

Côté russe, a indiqué à RBC Alexandre Novak, ministre russe de l’énergie, l’extraction pétrolière en 2017 s’est maintenue au niveau de l’an dernier, soit à environ 547,5 millions de tonnes (10,95 millions de barils par jour au troisième trimestre 2017), alors qu’avant le prolongement de l’accord en mai 2017, le pays prévoyait de produire 549 millions de tonnes annuelles.

Un répit temporaire

Selon Valeri Nesterov, analyste chez Sberbank CIB, l’OPEP ne pourra prolonger indéfiniment cet accord, qui offre, selon lui, un répit temporaire aux compagnies pétrolières, crée une politique des prix favorable, aide la Russie pendant son année électorale et l’Arabie saoudite pendant la privatisation de sa compagnie pétrolière Saudi Aramco.

Le roi d'Arabie saoudite et Vladimir Poutine au Kremlin. Crédits : Kremlin.ru
Le roi d’Arabie saoudite et Vladimir Poutine au Kremlin. Crédits : Kremlin.ru

« Le non-renouvellement de l’accord OPEP+ provoquera le retour du chaos qui avait précédé la chute du cours du pétrole en 2014 », met en garde l’analyste.

Denis Borissov, directeur du Centre pétro-gazier moscovite EY, estime quant à lui que la croissance actuelle du cours du pétrole est en grande partie due à l’optimisme des acteurs boursiers. « Sur le long terme, l’accord OPEP+ découragera les opérateurs de spéculer à la baisse et limitera l’effondrement des prix du pétrole si l’humeur sur le marché venait à changer et que les traders se mettaient à vendre massivement leurs actifs », explique-t-il.

Les experts sont enfin d’accord sur un point : le renouvellement ultérieur de l’accord dépendra beaucoup des États-Unis, qui n’ont pas signé l’OPEP+.

RBC logo

RBC est un quotidien économique national tiré à 80 000 exemplaires. Fondé en 2006, le journal offre des décryptages pointus et détaillés de l’actualité politique et suit les principales tendances du développement des entreprises en Russie.

RBC

Dernières nouvelles de la Russie

Société

La Russie pourrait perdre un million d’habitants d’ici 2035

Dépopulation, natalité faible, mortalité élevée, migration intérieure... tels sont les défis démographiques de la Russie.

22 novembre 2017
Politique

Affaire Oulioukaïev : un an après…

Il y a un an, l’ex-ministre de l’économie Alexeï Oulioukaïev, accusé d’avoir réclamé un pot-de-vin, était arrêté dans les bureaux de Rosneft.

14 novembre 2017
Société

Dopage un jour, suspension toujours

Le Comité international olympique a suspendu à vie et déchu deux skieurs de fond russes pour dopage. Quelles en sont les conséquences ?

2 novembre 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *