La Russie exporte plus de tout

Cette croissance des exportations non primaires et non énergétiques est due à l’intensification du soutien de l’État aux exportations industrielles.


Les exportations non primaires et non énergétiques russes ont augmenté de 16,1 % de janvier à mai 2017, atteignant un volume de 45,5 milliards de dollars (soit une hausse de 14,2 % par rapport à la même période l’an dernier), a indiqué le Centre russe des exportations (RETS), cité par Kommersant, le 12 juillet.

Port de Nefteïougansk en Russie. Crédits : Wikimedia
Port de Nefteïougansk en Russie. Crédits : Wikimedia

Les exportations non primaires à la plus forte croissance sont, comme l’an dernier, celles des produits métallurgiques, avec une hausse de 36 % en cinq mois. Elles représentent aujourd’hui 30 % de l’ensemble des exportations non primaires, et 10,2 % de l’ensemble des exportations russes.

Les produits alimentaires arrivent en deuxième position, avec une hausse de 19,6 % (et une part de 14,6 % de l’ensemble des exportations non primaires), et l’industrie chimique en troisième (9,8 % de hausse et 20,1 % de l’ensemble). Les exportations de bois et de papier ont, quant à elle, augmenté de 14,5 % (8 % de l’ensemble).

Soutien public

Inversement, les exportations d’équipements mécaniques ont poursuivi leur chute (de 4,7 % par rapport à l’an dernier), avec un volume 8,3 milliards de dollars (18,3 % de l’ensemble des exportations non primaires et 6 % du volume total). C’est entre janvier et avril que leur baisse a été la plus significative (8,4 %), jusqu’à 6,4 milliards de dollars.

Le RETS précise toutefois que les exportations de machines de génie civil ont connu, entre janvier et mai 2017, une hausse de 18,6 %. La catégorie comprend les équipements destinés aux réacteurs nucléaires (64,4 % d’augmentation, jusqu’à 536 millions de dollars), les véhicules légers (31,6 % d’augmentation, 547 millions de dollars), les lasers et l’équipement optique (+112,6 %, 183 millions de dollars) ainsi que les composants automobiles (+56,3 %, 196 millions de dollars).

Selon le directeur du centre, Petr Fradkov, cette croissance des exportations non primaires et non énergétiques est due à l’intensification du soutien de l’État aux exportations industrielles, et plus particulièrement à l’industrie automobile et à la construction de machines agricoles et ferroviaires.

Sur la même période, le volume total des exportations russes a atteint 137,7 milliards de dollars, soit une hausse de 30,5 % par rapport à 2016, les exportations énergétiques connaissance une hausse de 41,2 % (jusqu’à 87,3 milliards de dollars, dont 27,2 milliards pour les produits raffinés). En cinq mois, les exportations de pétrole ont augmenté de 47,4 %, celles des produits pétroliers de 51,2 % et celles de gaz naturel de 12 %. La part des produits non primaires et non énergétiques dans le volume global des exportations, sur la période, est de 33,1 %.