La Russie, septième pays le plus attractif pour les investisseurs étrangers en Europe

En un an, le nombre de projets impliquant la participation d’investisseurs étrangers en Russie est passé de 201 à 205, soit un indice record depuis 2005, indique le rapport du cabinet d’audit.


La Russie s’est hissée à la septième place du classement annuel sur l’attractivité des pays d’Europe établi par le cabinet EY (anciennement Ernst&Young), publié le 1er juin. Un résultat sans précédent.

Place Rouge 1
Le cabinet EY classe également les pays en fonction de la quantité d’emplois générés par les investissements étrangers. Crédits : Wikimédia

En un an, le nombre de projets impliquant la participation d’investisseurs étrangers en Russie est passé de 201 à 205, soit un indice record depuis 2005, indique le rapport du cabinet d’audit.

La Russie se classe ainsi septième au baromètre EY, devançant la Belgique. En tête du classement : le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, l’Espagne, la Pologne et les Pays-Bas. Pour comparaison, on dénombre au Royaume-Uni 1 144 projets de ce type.

Le cabinet EY classe également les pays en fonction de la quantité d’emplois générés par les investissements étrangers. Là aussi, la Russie arrive septième (avec 15 064 emplois créés), dépassée notamment par la Serbie, la Roumanie et la Pologne.

Allemands et Américains en tête

Selon Alexander Ivlev, partenaire EY pour la Russie, on observe, sur la période, une augmentation des projets d’investissements allemands et américains. La France et l’Autriche sont aussi actives sur le territoire russe avec respectivement 20 (comme en 2015) et 9 projets en 2016. En revanche, les investissements italiens sont en baisse (de 12 à 7 projets).

« L’Allemagne et les États-Unis sont les leaders à la fois en nombre de projets qu’en termes de croissance. En 2016, la quantité de projets allemands a augmenté de près de 20 %, de 36 à 43, alors que les Américains ont battu leur record avec une augmentation de 31 %, soit 38 projets », a souligné l’expert.

La Russie centrale a la cote

En termes de secteurs de production, c’est l’industrie alimentaire qui domine (avec 32 projets d’investissements). Les investisseurs étrangers sont également présents dans la production d’automobiles et d’équipements (27 projets), les produits chimiques (23) et l’équipement électronique (15 projets). On ne trouve quasiment aucun projet d’investissement, en revanche, lié à l’industrie forestière ni à la production textile.

Géographiquement, un projet d’investissement sur quatre (49) impliquant une participation étrangère se déploie sur le territoire de Moscou et de sa région. Arrive ensuite la région de Kalouga, où le nombre de projets a été multiplié par deux en un an (15). À l’inverse, les investissements ont baissé à Saint-Pétersbourg (de 22 à 15) et au Tatarstan (près de deux fois moins).

Le classement EY recense les projets dans lesquels les investisseurs étrangers acquièrent une part supérieure à 10 % du capital de l’entreprise concernée, et participent à la gestion de son activité. Des accords comme l’acquisition de 19,5 % des actions de Rosneft, par exemple, ne sont pas pris en compte.

Le Baromètre de l’attractivité européenne d’EY est à ce jour le seul rapport permettant de comparer les pays européens en matière d’accueil de l’investissement étranger créateur d’emploi.