fbpx

En Russie, de nouveaux investisseurs pour le secteur agro-industriel

En 2016, la production agricole en Russie a augmenté de presque 5%, s’élevant à 5 600 milliards de roubles. Si le pays a aujourd’hui atteint l’autosuffisance dans plusieurs secteurs alimentaires, il existe toutefois des niches dont le développement, pour différentes raisons, accuse du retard par rapport à la tendance générale.

Des rivières de lait

Depuis plus de dix ans, la production de lait dans l’élevage laitier en Russie ne connaît plus de croissance, un problème évoqué par le ministre de l’agriculture Alexandre Tkatchev en 2015, presque immédiatement après sa prise de fonction [voir graphique 1]. Cette situation est exacerbée par le fait qu’une grande partie du lait russe est produite dans de petites exploitations et qu’il est relativement difficile, voire impossible, de le vendre à des transformateurs. « Le volume de la production russe de lait cru représente près de 30 millions de tonnes. 40 % sont produits dans des exploitations individuelles pour une consommation personnelle. Concrètement, sur 30 millions de tonnes de lait brut, un peu plus de 17 millions sont transformées, ce qui est loin d’être suffisant pour approvisionner le marché en produits laitiers », confie à L’économika de Courrier de Russie Lioudmila Manitskaïa, directrice exécutive de l’Union laitière de Russie.

L’État essaie d’accroître l’attractivité de la filière aux yeux des investisseurs. Cette année, le pourcentage de l’aide aux investissements consentis pour créer et moderniser les fermes laitières a ainsi augmenté, passant de 20 à 30 %, voire 35 % en Extrême-Orient. En outre, des interventions de l’État sont prévues pour stabiliser les prix du lait cru. « Quand les prix du lait en poudre et du beurre sont extrêmement faibles, l’État achète ces produits, maintenant ainsi le niveau des prix pour les agriculteurs. Dès que les prix repartent à la hausse, l’État se met à vendre ses stocks afin que les prix à la consommation ne soient pas trop élevés », explique Andreï Danilenko, président du conseil d’administration de l’Union nationale des producteurs de lait.
graphique agriculture

Ces dernières années, 166 nouveaux projets ont été lancés dans le secteur pour un rendement total de plus de 290 000 tonnes de lait par an, selon l’Institut de marketing agraire. Ainsi, en décembre 2016 s’est achevée la construction d’une nouvelle exploitation laitière dans la région de Tioumen. Ce projet conjoint du groupe Damate et du français Danone est conçu pour 4 600 têtes de bétail, avec une première production de lait prévue dès le mois de mars. Une fois à pleine capacité, l’usine devrait produire 44  700 tonnes de lait cru par an, dont la totalité sera envoyée aux usines de transformation de l’entreprise Danone. Parmi les principaux investisseurs de la filière laitière ayant déjà lancé ou se préparant à lancer de nouveaux projets, on retrouve le thaïlandais CP Group, le vietnamien TH Group et le holding agricole russo-allemand EkoNiva.

Cependant, à en croire les experts, même dans le cas où tous les projets seraient réalisés, ils ne pourront pas couvrir totalement les besoins du marché intérieur. « L’État ne se préoccupe de ce secteur que depuis deux ans. C’est évidemment très peu : dix à quinze ans sont nécessaires pour qu’une ferme soit prospère, commente Mme Manitskaïa. Aujourd’hui, nous observons déjà la tendance suivante : les grands transformateurs de lait ouvrent leurs propres fermes, c’est- à-dire qu’ils construisent toute la chaîne de production : du champ à la mise sur le marché des produits finis. C’est précisément dans ce cycle que réside l’avenir de la filière. »

Le marché russe continuera ainsi à connaître une pénurie de lait. Autrement dit, le secteur sera prêt à accueillir de nouveaux investisseurs.

À l’assaut des serres

En 2016, […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

Le Courrier de Russie littéraire

Quand la traduction précède l’édition originale

Quand la traduction précède l’édition originaleIl est de coutume, pour les traducteurs, de découvrir un texte en langue étrangère, de s’en enthousiasmer et de le traduire. C’est le circuit normal. Mais il arrive – rarement – que le cours des choses s’inverse. C’est le cas de Nastia, d’Andreï Alexandrov.À la fin de 2017, les éditions L’Inventaire / Nouveaux Angles en découvrent le manuscrit russe et décident aussitôt de le publier en français. Le livre paraît en février 2018, suscitant ce commentaire du Monde des Livres1 :« Un destin individuel, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

15 mars 2019
Le Courrier de Russie littéraire

Deux sommes sur Dostoïevski

Deux sommes sur DostoïevskiLes éditions des Syrtes publient Dostoïevski, un écrivain dans son temps1 de l’Américain Joseph Frank, spécialiste mondialement reconnu de l’auteur de Crime et Châtiment. Paru en anglais en cinq tomes, dans les années 1970, cet ouvrage exceptionnel a été condensé en un volume par l’auteur en 2010, avec une préface inédite.Jacques Catteau, spécialiste français de Dostoïevski tout aussi mondialement reconnu et ami de Joseph Frank, […]Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

15 mars 2019
International

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique. La police mondiale n’avait plus de patron depuis la « démission » forcée de son président Meng Hongwei, accusé de corruption en Chine, et mystérieusement disparu, début octobre, au cours d’un voyage dans son pays. Son mandat devait s’achever en 2020. Deux candidats briguaient sa succession : le Sud-Coréen Kim Jong-yang, qui assure l’intérim depuis la disparition de Meng Hongwei, et Alexandre Prokoptchouk, haut fonctionnaire russe, vice-président de l’organisation, officiellement soutenu par Moscou. Pressions diplomatiques de Kiev et Washington Pour les États-Unis et l’Ukraine, et bien que le poste en jeu soit essentiellement représentatif, la perspective de se retrouver avec un Russe à la tête de l’organisation policière internationale relevait du cauchemar. Le lundi 19 novembre, à deux jours de l’élection du nouveau président, le ministre ukrainien de l’Intérieur, Arsen Avakov, dénonçait une candidature « absurde et contraire à l’esprit et aux buts d’Interpol. » Kiev menaçait même de quitter l’organisation si ses arguments n’étaient pas entendus. Alexandre Prokoptchouk n’est pourtant pas un étranger en Ukraine : il y est né au début des années 1960. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur WhatsApp(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 novembre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne