Comment la Russie a conquis l’atome

Propulsé le 5 octobre 2016 au poste de directeur adjoint de l’Administration du président Poutine, Sergueï Kirienko a dirigé 11 ans durant la corporation d’État Rosatom, le géant nucléaire russe. Sous sa gestion, la Russie a fait une percée spectaculaire à l’international. Aujourd’hui, elle est le premier constructeur de centrales nucléaires dans le monde. L’hebdomadaire économique Kommersant Dengui explique comment le pays en est arrivé là.C’est en 2005 que Sergueï Kirienko a pris la tête du nucléaire russe, désigné à la direction de l’Agence fédérale pour l’énergie atomique par le président Poutine, avec pour mission de renforcer le contrôle de l’État sur le secteur et de faire revenir la Russie sur le marché mondial. À l’époque, la Russie n’occupait que 8 % du marché de la construction de nouveaux réacteurs à l’international, et de nombreuses entreprises de la branche étaient privatisées par leurs propres directeurs. Kirienko a lancé la nationalisation d’une vingtaine de sociétés et les a replacées sous le contrôle de l’État. En 2007, ces entreprises étaient toutes réunies en une corporation d’État unique : Rosatom.Aujourd’hui, la corporation regroupe environ 400 sociétés, qui couvrent tout le cycle de production dans le secteur atomique – depuis l’extraction d’uranium et la fabrication d’énergie nucléaire jusqu’à la conception, la construction et la maintenance des centrales et la création de missiles nucléaires.L’agence a atteint une ampleur sans précédent – à l’heure actuelle, dans le monde, aucune entreprise ne propose une ligne aussi complète de services. La China National Nuclear Corporation, par exemple, construit aussi des stations atomiques mais ne fabrique pas d’équipement énergétique ; la société française Areva, de son côté, ne produit ni armes ni énergie nucléaires. L’éventail de services des autres sociétés opérant sur le marché mondial est encore plus limité.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

« Le Français » : la Russie face à son passé soviétique

À l’occasion de la sortie de son film Le Français, qui raconte le quotidien d’un étudiant français côtoyant la jeunesse soviétique dans le Moscou de la fin des années 1950, le réalisateur Andreï Smirnov (L’Automne, La Gare de Biélorussie) s’est confié au journal d’opposition Novaïa gazeta. Extraits.

 

22 novembre 2019

Sergueï Lavrov : « L’Union européenne n’est pas un partenaire fiable »

Rencontre Macron-Poutine d’août, échange de prisonniers entre Moscou et Kiev, négociations sur le Donbass : le ministre des Affaires étrangères revient, dans un entretien accordé à Kommersant, sur les grands dossiers internationaux de ces dernières semaines.

 

16 octobre 2019

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019