Les États-Unis placent le pont de Crimée sous sanctions

Les États-Unis ont, jeudi 1er septembre, élargi la liste des personnes morales et physiques visées par les sanctions contre la Russie. Les principales cibles sont aujourd’hui le chantier du pont du détroit de Kertch, qui doit relier la Crimée à la Fédération russe, la construction navale ainsi que les entreprises du groupe Gazprom.

Le ministère américain des finances a élargi la liste des personnes morales et physiques russes tombant sous le coup des sanctions prises contre la Russie « pour son rôle dans la crise ukrainienne », indique un communiqué publié sur le site du ministère. Les autorités américaines ont inscrit à cette « liste SDN » 17 personnes physiques, dont des hauts fonctionnaires et des membres des forces de l’ordre de la péninsule, ainsi que des représentants des gouvernements des républiques populaires autoproclamées de Donetsk et Lougansk.

La liste noire du ministère américain des finances inclut aussi 19 nouvelles entreprises et corporations et établissements publics russes. Les entreprises figurant à la liste SDN ne peuvent plus faire affaire avec des citoyens américains, et les personnes physiques sont interdites d’entrée et de séjour sur le territoire des États-Unis. Les personnes physiques et morales concernées verront leurs actifs aux États-Unis bloqués, et seront exclues du système financier américain et de tout le système mondial des transactions en dollars.

L’ambassade américaine à Moscou a expliqué à Kommersant que « la décision des autorités américaines [était] liée à la nécessité de garantir l’efficacité et l’intégrité du système des sanctions en vigueur ». « L’objectif est de contrer les tentatives de contourner les sanctions existantes, de renforcer leur action et de fournir aux entreprises privées des informations complémentaires afin qu’elles respectent scrupuleusement les limitations », […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

LCDR

Dernières nouvelles de la Russie

International

Interpol, théâtre de la crise russo-occidentale

Réunie à Dubaï le 21 novembre, la 87e Assemblée générale d’Interpol a élu le Sud-Coréen Kim Jong-yang à la présidence de l’organisation, au détriment du candidat russe Alexandre Prokoptchouk. Habituellement peu médiatisé, l’événement avait, cette fois, des airs de guerre diplomatique. La police mondiale n’avait plus de patron depuis la « démission » forcée de son président Meng Hongwei, accusé de corruption en Chine, et mystérieusement disparu, début octobre, au cours d’un voyage dans son pays. Son mandat devait s’achever en 2020. Deux candidats briguaient sa succession : le Sud-Coréen Kim Jong-yang, qui assure l’intérim depuis la disparition de Meng Hongwei, et Alexandre Prokoptchouk, haut fonctionnaire russe, vice-président de l’organisation, officiellement soutenu par Moscou. Pressions diplomatiques de Kiev et Washington Pour les États-Unis et l’Ukraine, et bien que le poste en jeu soit essentiellement représentatif, la perspective de se retrouver avec un Russe à la tête de l’organisation policière internationale relevait du cauchemar. Le lundi 19 novembre, à deux jours de l’élection du nouveau président, le ministre ukrainien de l’Intérieur, Arsen Avakov, dénonçait une candidature « absurde et contraire à l’esprit et aux buts d’Interpol. » Kiev menaçait même de quitter l’organisation si ses arguments n’étaient pas entendus. Alexandre Prokoptchouk n’est pourtant pas un étranger en Ukraine : il y est né au début des années 1960. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

26 novembre 2018
International

Vladimir Poutine : Sergueï Skripal est un « salaud » et un « traître à la patrie »

Le président russe Vladimir Poutine a commenté le traitement médiatique de l’affaire Skripal, en marge de la Semaine énergétique russe. Niant l’implication de Moscou dans l’empoisonnement de l’ex-agent double à Salisbury, le président russe a qualifié Sergueï Skripal de « salaud » et de « traître à la patrie ». Si ce n’est pas la première fois que Vladimir Poutine s’exprime sur l’affaire, il n’avait jamais évoqué l’ex-agent double directement. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

3 octobre 2018
Société

Disparition de Charles Aznavour :
les réactions en Russie

Le célèbre chanteur français d'origine arménienne Charles Aznavour est décédé dans la nuit du dimanche au lundi, suscitant l'émotion aussi bien en France qu'en Russie. Réactions de la presse et de personnalités russes.

Crédits Image : TASS2 octobre 2018

Vous êtes actuellement hors ligne