Une vie après l’euro

La chute du rouble entraîne, pour des millions de Russes, une baisse de leur qualité de vie : plus de vêtements de qualité made in France, finis les voyages à Paris et Courchevel, pas de nouvelle voiture dans un avenir proche. Quelle stratégie adopter dans la nouvelle ère « post-euro » qui commence ? L’historien Egor Kholmogorov y réfléchit dans un billet pour la revue Koultoura.Personne ne parle plus du cours du dollar. Inquiets, nous nous demandons : « Comment va l’euro ? »Le légendaire « buсk », héros culte des années 1990, monnaie des « vestes framboise », des managers efficaces et de la génération Pepsi, n’est plus d’actualité. Le dollar est aujourd’hui perçu comme la devise d’un empire lointain et hostile, ne servant plus qu’à indiquer le prix du pétrole.L’euro, c’est une tout autre histoire. Imaginez une dame rondelette : elle ne peut rien dénicher dans nos boutiques de vêtements en Russie, dont l’assortiment est exclusivement destiné à des femmes soit squelettiques, soit totalement privées de goût. Récemment encore, notre dame avait une solution : aller renouveler sa garde-robe à Berlin. Aujourd’hui, elle ne peut plus se le permettre.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Inna Doulkina

Dernières nouvelles de la Russie

Arythmie : à voir pendant la Semaine du cinéma russe à Paris

La Semaine du cinéma russe vient d’ouvrir à Paris. Si vous n’aviez qu’un film à voir, optez pour Arythmie de Boris Khlebnikov.

 

9 novembre 2017

Que reste-t-il de 1917 ?

Le centenaire de la révolution, en Russie, est tout sauf une grande fête. Le temps des parades et des festivités collectives est révolu.

 

7 novembre 2017

« Notre mission est la promotion de la littérature russe à l’étranger »

Plus de 40 œuvres d'auteurs russes ont été publiées en français grâce à l’Institut de la traduction. Le directeur explique ce projet.

 

31 octobre 2017