Une nouvelle proie pour Gazprom à Irkoutsk

La région d’Irkoutsk, dernière province gazopétrolière russe, se lance à marche forcée dans l’étude géologique des champs gaziers et pétroliers. 24 licences supplémentaires y seront disputées en 2007. Les grands du secteur des hydrocarbures russe, Gazprom et Rosneft qui négligeaient la région depuis 1999, surveillent maintenant le potentiel des champs d’Irkoutsk. Le dernier gisement prometteur pourrait être celui d’Angaro-Lenskoïe riche d’1,22 trillions m3 de gaz déclarés mais pas encore confirmés.

Anatoli Karpov, l’ancien champion au monde des échecs avait bien placé ses pions sur l’échiquier gazier lorsqu’en 1999 sa société à capital fermé Petromir avait obtenu trois champs dans la région d’Irkoutsk proches du gisement géant de Kovykta riche de 1,9 trillions m3 avérés et contrôlé par TNK-BP.

Depuis, les nouveaux propriétaires de Petromir affirment avoir trouvé sur le champ d’Angaro-Lenskoïe près de 1,22 trillions m3 de gaz et ont déposé сe chiffre, fin janvier, auprès de Rosnedra, structure du ministère russe des ressources naturelles russe. Si le forage complet confirme ce volume,

[…]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Sergueï Melnik

Dernières nouvelles de la Russie

Économie

Gazprom éjecte TNK-BP de Kovytka

Le géant gazier russe Gazprom s’est approprié de nouveaux actifs gaziers orientaux, renforçant sa présence sans précédent dans l’Extrême-Orient et en Sibérie orientale. La proximité de la Chine, deuxième consommateur d’hydrocarbures au monde et potentiel importateur du gaz russe, dope les efforts de Gazprom qui, fin juin dernier, s’est enrichi de deux trillions de m3 de gaz en passant un accord avec TNK-BP sur une cession par ce dernier du gisement gazier de Kovykta situé dans la région d’Irkoutsk (Sibérie Orientale). Cette nouvelle province gazopétrolière est désormais la deuxième région de production après Sakhaline. Les objectifs de Gazprom sont clairs. Il s’agit de s’introduire sur le marché de consommation chinois qui lui est pour l’instant moins fidèle que le marché européen. On a cru que Gazprom avait sauvé comme un « chevalier blanc » Kovykta et l’argent investi par les actionnaires de TNK-BP, en rachetant leurs parts dans ce projet à quelques heures du retrait de la licence par le ministère russe des Ressources naturelles. En réalité, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

19 juillet 2007
Économie

Pourquoi l’Etat n’a pas fait main basse sur le pétrole de Total

Contre toute attente, les autorités russes qui contrôlent l’exploitation des réserves pétrolières et gazières n’ont pas imposées au groupe pétrolier français d’actionnaire russe. Mais le sort du projet Khariaga peut encore être modifié après le résultat des élections présidentielles en France d’ici un mois. Le jeu de ping-pong que se livraient, depuis mars dernier, les trois organismes de contrôle russes avec Total a été suspendu net fin mars. Rosprirodnadzor, Rostechnodzor et la Cour des comptes russes habilités à trouver des infractions commises par Total dans le projet PSA Khariaga n’ont pas pu les constater. Le retrait de la licence d’exploitation à Total que brandissaient les autorités russes n’est pas non plus en vue. Seule une amende dérisoire de 30’000 roubles (moins de 900 euros) devra être payée et une réclamation pour le limogeage de deux managers sur le gisement a par ailleurs été déposée. Dans le collimateur des autorités russes depuis l’automne dernier, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

3 avril 2007
Économie

Gazprom veut devenir n°1 mondial

Transformer le « patrimoine national » riche de plus de 29 trillions m³ de gaz en numéro 1 de l’énergie mondiale avec une capitalisation record de 1000 milliards de dollars d’ici 2016 est désormais l’idée fixe de l’actuelle équipe dirigeante de Gazprom. Son territoire s’étend jusqu’à la nouvelle province gazo-pétrolière de l’île de Sakhaline : le projet Sakhalin 2 qui est passé, en décembre dernier, sous son contrôle lui apportera la moitié des 126 MT de brut qu’il doit « cracher » et 633 milliards de mètres cube de gaz. Par ailleurs, le gigantesque gisement gazier de Kovykta, situé dans la région d’Irkoutsk (Sibérie Orientale), sollicité par Gazprom depuis plusieurs mois auprès de son actuel propriétaire TNK-BP, pourrait enrichir, comme on s’y attend en 2007, les réserves du monopole avec plus de 1,5 trillions m³ de gaz avérés sans coûter lui trop cher. Le président Vladimir Poutine ne s’est pas trompé en plaçant en 2001, Alexeï Miller dans le fauteuil du président de Gazprom qu’il occupe toujours. En 2004, la capitalisation de la compagnie a pour la première fois atteint 68 milliards de dollars, alors qu’elle n’en pesait que 11 en 2001. Pour y parvenir, l’équipe dirigeante a mené une politique de récupération d’actifs impitoyable. En 2001, des filiales stratégiques qui avaient échappé au contrôle de l’entreprise d’Etat font un retour forcé dans son giron comme, Sibour (50% des parts du marché de la production de caoutchoucs et 43 % de celui des pneus) à la suite de l’incarcération de son ancien président Yakov Goldovsky. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

15 janvier 2007
Revolution Slider Error: Slider with alias abos-2018-9 not found.
Maybe you mean: 'une' or 'stream' or 'grand-format' or 'test' or 'standard-wp-gallery13' or 'media-carousel-autoplay15'