300 griefs à l’égard de Paris

Ksenia Burjskaya est Russe. Elle vit en France avec sa famille, dans un village près d’Aix-en-Provence. Dans le livre 300 griefs à l’égard de Paris, qu’elle prépare à la publication aux éditions Splash!, elle raconte les situations les plus cocasses et improbables qui lui sont arrivées en France. Le Courrier de Russie a traduit un chapitre.La vie en forêt est une chose étonnante. Vous ouvrez les yeux, et vous vous retrouvez nez-à-nez avec une sauterelle. Posée sur mon oreiller, elle me fixe de ses énormes moustaches. Je n’ai qu’une seule envie : bondir et me mettre à hurler, mais des cris aigus en provenance du grenier me précèdent. Notre fille aînée dort sous les combles, et elle a peur des araignées.– ENLÈVE-LA, s’époumone-t-elle.Je grimpe l’escalier armée d’une feuille de papier, pour envoyer valser l’araignée par la fenêtre sur un tapis volant.Au petit-déjeuner arrive une chatte borgne des environs, que nous avons baptisée Esmeralda. Les taches de son dos ressemblent à celles d’une vache, mais elle est agile comme un léopard. Pour entrer, elle saute et s’accroche de la patte droite à la poignée de la porte-fenêtre donnant sur le jardin.– FAIM, me crie la chatte tant que je ne lui ai pas lancé un morceau de fromage ou de saucisson. Elle préfère les pâtes cuites aux bleus, et les saucissons cuits aux secs et fumés. Esmeralda et nous n’avons décidément pas les mêmes goûts.Après manger, je vais à la boîte aux lettres,

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Traduit par Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Igor Kolomoïski : « La guerre dans le Donbass sert les intérêts de Washington »

Le milliardaire Igor Kolomoïski, revenu en Ukraine fin mai après deux ans d'exil, est souvent qualifié de « parrain » du nouveau pouvoir à Kiev. Dans un entretien accordé à l'hebdomadaire ukrainien Novoïe Vremia, il s'est longuement exprimé sur la situation économique du pays et sur le conflit dans le Donbass.

 

19 juillet 2019

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019