L’anarchie en Sibérie selon Igor Podchivalov

Les éditions russes Common Place viennent de publier Anarchie en Sibérie, ouvrage qui rassemble les articles du militant anarchiste d’Irkoutsk Igor Podchivalov, décédé il y a dix ans. Tout au long de sa vie, l’auteur a écrit sur le thème de la Sibérie comme espace de lutte pour la liberté. Boris Kouprianov, fondateur de la première librairie indépendante de Moscou, Phalanster, explique à la revue Afisha l’importance de la Sibérie pour tout Russe et chacun d’entre nous. Je trouve que le titre de ce recueil d'articles du militant et journaliste Podchivalov manque de précision. Igor a toujours insisté sur la différence de sens entre l’anarchie et l’anarchisme. Et il s’y connaissait admirablement bien dans l’un comme dans l’autre. Idéologue anarchiste, Igor Podchivalov s’est lancé dans l’activisme politique dès l’époque soviétique. Sa vie et sa mort tragiques pourraient être résumées par ces mots de Grigori Skovoroda : « Le monde m’a chassé mais ne m’a pas attrapé ». Podchivalov a eu une vie brillante. Les articles que Common Place vient de rassembler en recueil ont été publiés dans la presse locale d’Irkoutsk ;

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Breen

Dernières nouvelles de la Russie

Les Russes en mal de solidarité

« Les Russes ont la nostalgie du « nous », dont témoignent leurs accès chroniques de néo-stalinisme. Dans leur esprit, l’URSS apparaît aujourd’hui comme un pays des merveilles, où ils étaient tous frères et vivaient de victoires communes. » L’écrivain Andreï Desnitski revient sur trente ans d’aspirations des Russes.

 

25 juin 2019

Vente d’armes :
la Russie se place sur le marché de l’occasion

En mai dernier, un décret gouvernemental a simplifié la procédure de revente d’armes russes à des pays tiers. Une mesure prise afin de contourner les sanctions américaines.

 

4 juin 2019

Prenez soin des hooligans !

Depuis près de vingt ans, à Saint-Pétersbourg, le cirque Upsala tire de la rue des adolescents à problèmes pour leur faire jouer des spectacles présentés en Russie et en Europe. La vocation du projet, affirment ses concepteurs, est artistique avant d’être sociale, même si le travail réalisé dans ce domaine est colossal.

 

31 mai 2019