Sashenka a les yeux d’un gris profond, l’héroïne éponyme du dernier roman historique de Simon Montefiore.

Sashenka

Sashenka a les yeux d’un gris profond, des formes à faire rêver une star de cinéma, et surtout une main de fer. C’est elle l’héroïne éponyme du dernier roman historique de Simon Montefiore.

Sashenka a les yeux d’un gris profond, l’héroïne éponyme du dernier roman historique de Simon Montefiore.Sashenka a les yeux d’un gris profond, l’héroïne éponyme du dernier roman historique de Simon Montefiore.

En 1916 à Saint-Pétersbourg, elle n’a que seize ans. Fille d’un riche banquier d’affaires, le baron Samuil Zeitlin, cette jeune bourgeoise aime les biscuits anglais Huntley & Palmers, la savonnette Pears et surtout sa chère gouvernante, Lala. Mais la nuit, notre jolie pensionnaire de l’Institut Smolny ne rêve ni de nouvelles robes, ni de mots doux glissés par Micha, officier de la garde… La nuit, elle devient la camarade Isiatis et flirte avec les livres de Marx,

[…]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Julia Chardavoine

Dernières nouvelles de la Russie

Littérature

La Voie de Bro

Ça commence par un récit à la Tolstoï… « Je suis né en 1908 au sud du gouvernement de Kharkov dans un des domaines de mon père, Dmitri Ivanovitch Sneguiriov ». Alexandre Sneguirov – Choura, Sacha ou Sania pour les intimes – raconte son enfance dorée et heureuse dans une riche propriété ukrainienne. Sa découverte de la nature, des confitures, son premier amour, et même ses étonnantes rencontres avec de pauvres moujiks…Jusqu’ici, Vladimir Sorokine, l’auteur de La voie de Bro, s’amuse et nous concocte un bon roman réaliste style XIXe. Pour un tel détracteur de la littérature russe, c’est louche… Et l’on guette à chaque page un brutal retournement de situation. Il ne faudra pas attendre longtemps. Dès le second chapitre, c’est la Révolution, avec son cortège d’exils et de désillusions. L’enfance de notre héros prend fin plus tôt que prévu : le 12 décembre 1918, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

11 juin 2010
Littérature

Le canapé rouge

Le train glisse lentement, régulier et monotone. Par la fenêtre, Anne regarde les plaines uniformes défiler. Elle se laisse bercer par la musique des rails, elle laisse vagabonder ses pensées. Pour Michèle Lesbre, auteur du roman Le Canapé rouge et finaliste du prix Goncourt 2007, traverser la Russie pendant cinq jours et cinq nuits, ce n’est pas prendre le mythique Transsibérien qui a fait tant fantasmer. C’est un voyage intérieur.Car derrière la vitre, ce n’est pas la campagne russe qu’Anne contemple, ce sont des « paysages états d’âme » qui reflètent pas à pas ses sentiments, ses souvenirs. Car sur chaque visage qu’elle croise, Anne reconnaît les traits, les expressions d’un homme qu’elle a aimé, Gyl. Même cet inconnu, qui roule sa cigarette sur un chemin de terre, […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

28 mai 2010
Littérature

Laitier de nuit

« Il est des histoires qui commencent un beau jour et qui jamais ne s’achèvent ». C’est sur ces mots qu’Andreï Kourkov ouvre son dernier roman, Laitier de nuit. Car une seule intrigue ne suffirait pas à ce roman échevelé, qui se nourrit des aventures de toute une galerie de personnages. Il y a Irina, jolie campagnarde, fille mère transformée en véritable vache à lait. Dima, discret douanier de l’aéroport, qui découvre une valise remplie d’étranges petites ampoules. Et puis il y a Guennadi Illitch, député à Kiev, prêt à tout pour être élu, Semion, son garde du corps atteint de somnambulisme, Veronika, veuve éplorée qui décide de faire empailler feu son mari, pharmacien… Sans oublier Yegor, vigile au grand cœur, et Mourik, chat de gouttière doté d’une force extraordinaire… Et bien d’autres encore. […] Partager :Cliquez pour envoyer par e-mail à un ami(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Facebook(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Twitter(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur LinkedIn(ouvre dans une nouvelle fenêtre)Cliquez pour partager sur Google+(ouvre dans une nouvelle fenêtre)

14 mai 2010