I am here – un court-métrage dédié à la jeunesse russe

Lorsqu’elle a débuté le tournage de son film, Maria Popritsak avait 20 ans – comme ses héros. « Un âge parfait pour filmer la vie des gens », confie la jeune réalisatrice. I am here (« J’existe ») est une ode à la jeunesse russe, sans a priori ni jugement, une journée passée aux côtés de six personnages peu communs : un travesti, un étudiant en théologie, une ballerine, une camgirl (ces femmes qui s’exposent par le biais d’une webcam) et un couple de marginaux. Un court-métrage sous-titré en français, à découvrir en exclusivité sur Le Courrier de Russie.

De son film, Maria n’aime pas beaucoup parler. En fait, Maria n’aime pas beaucoup parler tout court. Le Courrier de Russie a rencontré la jeune femme à Saint-Pétersbourg. Récit à la première personne.

Sur son film

J’ai présenté ce court-métrage comme un travail de fin d’études. Lors du premier visionnage, mes professeurs ont très mal réagi. Ils disaient que ça donnait une mauvaise image de la jeunesse : des jeunes qui boivent, fument, se percent la langue, etc. Et moi, j’écoutais ces critiques et j’éprouvais, en réalité, une certaine satisfaction : j’étais parvenue à créer de la résonance. […]

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !