I am here maria Popritsak

I am here – un court-métrage dédié à la jeunesse russe

Lorsqu'elle a débuté le tournage de son film, Maria Popritsak avait 20 ans – comme ses héros. « Un âge parfait pour filmer la vie des gens », confie la jeune réalisatrice. I am here (« J'existe ») est une ode à la jeunesse russe, sans a priori ni jugement, une journée passée aux côtés de six personnages peu communs : un travesti, un étudiant en théologie, une ballerine, une camgirl (ces femmes qui s’exposent par le biais d’une webcam) et un couple de marginaux. Un court-métrage sous-titré en français, à découvrir en exclusivité sur Le Courrier de Russie.De son film, Maria n'aime pas beaucoup parler. En fait, Maria n'aime pas beaucoup parler tout court. Le Courrier de Russie a rencontré la jeune femme à Saint-Pétersbourg. Récit à la première personne.

Sur son film

J'ai présenté ce court-métrage comme un travail de fin d'études. Lors du premier visionnage, mes professeurs ont très mal réagi. Ils disaient que ça donnait une mauvaise image de la jeunesse : des jeunes qui boivent, fument, se percent la langue, etc. Et moi, j'écoutais ces critiques et j'éprouvais, en réalité, une certaine satisfaction : j'étais parvenue à créer de la résonance.

Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou abonnez-vous !

Thomas Gras

Dernières nouvelles de la Russie

Tatarstan : la langue tatare devient facultative

L'enseignement du tatar n'est plus obligatoire dans les écoles du Tatarstan. Ekaterina Khodjaeva revient sur un bras de fer linguistique.

 

30 novembre 2017

Sous pression, le boulanger homophobe Sterligov revend sa chaîne moscovite

L'entrepreneur super-orthodoxe et ouvertement homophobe German Sterligov a annoncé la revente de ses boulangeries Khleb i sol à Moscou.

 

8 novembre 2017

La bande son de la révolution russe

De la Marseillaise à Hatikvah, quelles étaient les chansons populaires parmi les révolutionnaires russes en 1917 ?

 

27 octobre 2017