Le Courrier de Russie

Traité d’aneth à l’usage des gastronomes russes

La cuisine russe a sa marotte, et ce n’est pas la mayonnaise. C’est le « fenouil bâtard », communément appelé aneth.

« Tout ce qui est bon sans beurre est encore meilleur avec », dit mon père. Et il a raison. Le beurre améliore autant un plat mijoté qu’un steak grillé ou des brocolis à la vapeur, et il est également savoureux servi sucré, sur une crêpe, un dessert sophistiqué ou une simple pomme au four.

Ce qui n’est définitivement pas le cas de l’aneth. Certes, l’aneth accompagne décemment le poisson au four, le yaourt et la crème, à la rigueur une salade de saison et, […]