S'abonner, c'est dessiner avec la Russie les horizons du Monde de demainDécouvrir nos offres

Jazz sauvage

Jazz sauvage

J’ai passé toute ma vie dans une petite ville russe d’un million d’habitants, Krasnodar, et ma famille n’a « même pas » de datcha. Citadine, j’adore aussi la nature, surtout à travers la grande fenêtre d’un chalet – à Chamonix par exemple. Ma collègue et supérieure hiérarchique, Nina, essaye de m’apprendre à savourer les joies de la campagne sans le confort propre aux « capitalistes ». Comme cela m’est quasiment impossible de passer une nuit dans une tente par exemple, Nina essaie de m’initier peu à peu aux « plaisirs sauvages ». Le festival Ousadba Jazz, le 2 et 3 juin, qui s’est tenu dans le manoir Arkhangelskoe et bien que passablement primitif, en était sa première tentative.Originaire du Sud tout comme moi - à une différence près, le pays – Nina regrette que je ne sois pas capable d’apprécier la « nature à l’état pur » et que je préfère de loin la jungle moscovite.

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Vera GAUFMAN