S'abonner, c'est lire ce que personne n'ose dire sur la RussieDécouvrir nos offres

Le site internet du Courrier de Russie pour les nuls

Le site internet du Courrier de Russie pour les nuls

A comme Actus :

« Je suis venue, je me suis déshabillée, j'ai vaincu », « Comment vivre à Moscou avec un salaire moyen? », « Qui sont ceux qui militent toute l'année, à Moscou? », « La Russie, un mirage touristique », « Mais quelle heure est-il à Vladivostok à la fin? » : autant de sujets d'actus et de questions que l'équipe web du Courrier de Russie traite chaque jour, décortique et analyse pour ses internautes.

B comme Blog de la rédaction :

« Ces derniers jours, au réveil, une question me taraude : “Y a-t-il eu une révolution pendant que je dormais?”. Pas encore, mais on s’y prépare : j’ai acheté du sel, des allumettes et de la farine. J’ai aussi mis un marteau sous mon oreiller pour me protéger : au cas où... » : extrait de Cows first !, Vera Gaufman.« ... Aux bains russes, il y a d’abord la dame de l’entrée, qui demande combien de temps on compte rester et si on a bien nos tapotchkis [claquettes en plastique, ndlr]. Arrive ensuite celle qui contrôle les billets et sert le thé : elle, ses tapotchkis, elle les porte toute la journée - du coup, elle traîne les pieds et tire la gueule. Moi j’ai toujours un peu le trac, peur de mal faire : faut-il se fouetter les jambes à la première ou à la deuxième entrée dans le sauna ? Ah tiens, le marc de café, ça sert aussi d’exfoliant visage ? J’ai oublié mes tapotchkis, c’est grave ? » : extrait de Une semaine, une rencontre - les femmes du bania, Nina Fasciaux.« C’est bien connu : les Russes aiment faire la fête. Le fait est même officiellement confirmé, puisque sur les 366 jours de l’année bissextile 2012, la Russie comptera 200 journées de fêtes professionnelles - comme le jour des distillateurs ou celui des pêcheurs,

Il vous reste 75% de l'article à consulter...

Créez votre compte et accédez gratuitement à 3 articles par mois

Je crée mon compte

Déjà abonné ? Se connecter

Nina Fasciaux